Munnar

Le début dune journée de récolte dans une plantation de thé au-dessus de Munnar, 8h30, vendredi matin, 9 décembre

Le début dune journée de travail dans une plantation de thé au-dessus de Munnar, 8h30, vendredi matin, 9 décembre

Depuis plus d’un siècle, la petite ville de Munnar, dans l’état du Kerala, est un des principaux centres de production de thé en Inde.

Tous les matins, à partir de huit heures, des centaines d’hommes et de femmes gagnent, à plus de 1600 mètres d’altitude, les champs de thé.

coupe-main-a1

La plupart d’entre eux sont originaires de l’état du Tamil Nadu, l’état voisin du Kerala.

Femmes pesant leur récolte de thé dans une plantation de Munnar, vendredi 9 décembre.

Vendredi matin, j’ai voulu aller voir de plus près comment fonctionne cette industrie qui emploie en Inde des milliers de travailleurs.

L’inde est, après la Chine, le second producteur de thé au monde, et plus de 70% de sa production est consommée à l’intérieur du pays…

coupe-main-2

J’ai eu beaucoup de chance.

Mon hôtel avait, vendredi, un guide disponible (obligatoire pour visiter les plantations) – et trois autres voyageurs indépendants, venus de France et de Belgique, avaient eux aussi, ce matin-là, le même objectif: voir et comprendre les rouages d’une plantation de thé, et réaliser en même temps, dans un décor de rêve, une grande et belle randonnée…

Samy, 47 ans, guide exceptionnel, né dans la région de Munnar, père de deux enfants et, comme une grande partie de la population, membre du parti communiste de l'état du Kerala.

Samy, 47 ans, guide exceptionnel, né dans la région de Munnar, père de deux enfants et, comme une grande partie de la population ici, membre du parti communiste de l’état du Kerala.

Nous sommes donc partis ensemble, autour de sept heures, accompagnés de notre guide, Samy, pour une excursion inoubliable de 16 kilomètres dans les montagnes au-dessus de Munnar…

Au-dessus de Munnar, vendredi matin...

Munnar, sous la brume, tôt vendredi matin…

Très vite, le chemin grimpe vers les plantations…

munnar-3

Les champs de thé de la région de Munnar appartiennent en grande partie à l’immense consortium Tata dirigé par l’homme d’affaires et industriel Ratan Naval Tata, 79 ans, qui possède en Inde et à l’étranger des intérêts considérables (dans l’acier, les produits chimiques, la construction automobile) et une fortune colossale…

Vers huit heures, sous un grand ciel bleu, nous atteignons les premières plantations…

Au-dessus de Munnar, 9 décembre...

Au-dessus de Munnar, 9 décembre…

Les hommes et les femmes qui travaillent ici semblent, pour la plupart, heureux de leur sort. Ils nous sourient, nous saluent.

Ils sont cependant soumis à de nombreuses obligations, et à un règlement très strict.

  • Les travailleurs sont logés gratuitement, à proximité des champs, dans un bâtiment appartenant au consortium.
  • Ils bénéficient d’une scolarité gratuite pour leurs enfants. Les frais reliés aux soins de santé de la famille sont pris en charge.
  • Les employés ont également le droit de posséder quelques actions de la compagnie.
  • Chaque travailleur reçoit, comme salaire de base, 300 roupies (environ $6 ou 4.20 euros) par jour.
  • En contrepartie, ils doivent récolter chacun, au minimum, 27 kilos de feuilles thé par jour, six jours par semaine.
  • La grande majorité des employés en recueille beaucoup plus. Chaque kilo de thé supplémentaire récolté est payé 1 roupie…
Seuls les hommes sont habilités à couper les tiges de thé à l'aide d'un sécateur électrique. Les femmes sont obligées de faire le même travail à la main...

Seuls les hommes sont habilités à couper les tiges de thé à l’aide d’un sécateur électrique. Les femmes sont obligées de faire le même travail à la main…

coupe-moteur-2

Les hommes, nous explique Samy, notre guide, sont autorisés à travailler quatre heures par jour, les femmes, elles, sont astreintes à une journée de huit heures.

Comment expliquer une telle injustice?

coupe-main-1

« Par la culture locale« , nous répond-on. C’est ainsi. L’horaire de travail restreint des hommes leur permet aussi, selon la tradition, « de prendre soin chaque jour de leur potager« .

Chacun se fera son opinion…

munnar1

En fait, depuis mon arrivée en Inde il y a maintenant dix jours, il est de plus en plus difficile d’ignorer les multiples facettes de la séparation qui existe entre les hommes et les femmes dans l’espace public.

Dans les gares et les centres routiers, les femmes disposent d’une salle d’attente qui leur est réservée.

Dans les bus municipaux, les sièges à l’avant sont exclusivement réservés aux femmes, les hommes s’assoient, eux, à l’arrière.

Même dans les églises les sexes sont séparés, les femmes s’assoient dans les rangées à gauche, les hommes, à droite…

1700 mètres...

1700 mètres d’altitude, au-dessus des plantations de thé…

Nous poursuivons notre route vendredi matin…. toujours plus haut. Le paysage est magnifique!

Vers neuf heures, nous nous arrêtons enfin – afin de déguster, à plus de 1800 mètres d’altitude, un merveilleux petit déjeuner préparé par Samy et sa famille.

Au menu: du thé au gingembre, des biscuits, des fruits, des œufs dur, des chapatis… Un vrai festin. Nous sommes comblés!

De gauche à droite...

Mes compagnons de route pour la journée, de gauche à droite: Sonia, des Vosges, Mikaël, de Lyon, et Laura, de Bruxelles. Quelle belle randonnée! Merci à tous les trois!

Après une courte halte, nous repartons…

tplus5

La journée nous réserve encore bien d’autres surprises…

Notre guide Samy a soigneusement coordonné l’itinéraire de notre descente vers Munnar pour qu’il coïncide avec le cérémonial quotidien de la pesée des sacs de thé qui a lieu au milieu de la journée…

La pesée...

Femmes rassemblées à la mi-journée afin de se livrer à l’exercice crucial de la pesée de leur récolte…

Il règne autour du camion et du tracteur une ambiance fébrile…

mmmm

Chacun rassemble ses sacs de thé avant la pesée…

Chacun, à tour de rôle, apporte son sac de thé qui est méticuleusement pesé… Les travailleurs reçoivent ensuite un justificatif…

pesee-3

… pendant que d’autres employés arrivent des champs…

pesee-4

Il faut ensuite hisser les sacs (certains pèsent près de 50 kilos)…..

pesee-5

…jusqu’au camion qui transportera la marchandise à l’usine où les feuilles et les tiges de thé seront broyées, puis séchées…

pesee-6

À partir de la récolte, plusieurs différents types de thé seront commercialisés.

Le thé blanc (le plus cher) produit à partir de la première (la plus haute) feuille de la tige. Ensuite le thé vert, fruit de la deuxième feuille de la tige. Le thé noir (black tea) puis le thé amer (bitter tea) seront eux fabriqués à partir des feuilles les moins nobles (les plus basses) de la plante….

Notre incroyable randonnée se termine…

Les montagnes de la région de Munnar sont de véritables jardins botaniques!

En plus du thé, la terre produit ici du poivre, de la cannelle, du café, des ananas, de la citronnelle, des fraises, de la coriandre, du miel, des figues, et bien d’autres gourmandises…

Ce n’est pas étonnant qu’on surnomme l’état du Kerala « God’s country« , le pays de Dieu…

intro

Après cinq jours à Munnar, et plusieurs autres courtes randonnées, je reprends demain comme prévu la route pour Alleppey (Alappuzha), située sur la côte, à une soixantaine de kilomètres au sud de Cochin….

Bonne semaine à tous!!

Plat de pommes de terre au curry masala accompagné de chapati et d'une salade de tomates et oignons...

Pommes de terre au curry masala accompagnées de chapati et d’une salade de tomates et oignons… Ci-dessous, un plat de choux-fleurs (très) épicé et du riz frit aux légumes. C’est un véritable privilège de découvrir et goûter tous les  jours la cuisine du sud de l’Inde…

choux-fleurs