À chacun son chemin…

20jul100

Mercredi 20 juillet, étape #13/17, entre les villages de Pomps et Maslacq

20jul101

au coeur d’une région magnifique, le Béarn! – l’une de mes plus belles découvertes cet été.

bearn4

La carte du Béarn que traverse en partie le GR65. D’Arzacq-Arraziguet, où j’ai fait halte une nuit, à Arthez-de-Béarn, avant d’entrer, après Navarrenx, au Pays basque. Les villages de Pomps et Maslacq, où j’ai aussi passé la nuit, sont respectivement situés au nord et au sud d’Arthez-de-Béarn.

Il m’a fallu plusieurs semaines cette fois-ci pour me remettre de l’expérience du chemin. Me remettre physiquement d’abord. Mais pas seulement.

Plusieurs semaines passées à trier, au calme, à Saint-Jean-Pied-de-Port, à Paris, puis à Vancouver, tout ce que j’avais vu et vécu cet été sur le GR65. 

Plusieurs semaines pour prendre un peu de recul. Et réaliser que j’avais enfin terminé – et réussi! – mon projet un peu fou de randonnée entamé, il y a plus de quatre ans, au Puy-en-Velay!

28julfin

Célébration à Saint-Jean-Pied-de-Port, le jeudi 28 juillet, trois jours après la fin de mon périple. Je repars le lendemain, en train, pour Paris. Mission accomplie. Au-revoir, Pays basque – à bientôt! Restaurant Le Chaudron, Place des Remparts.

Avant d’aller plus loin, récapitulons.

17jul3

Dimanche 17 juillet, étape #10 entre Barcelonne-du-Gers et Miramont-Sensacq (Landes).

J’ai parcouru, en trois « saisons » sur le GR65 (2018, 2019, 2022), les 740 kilomètres de « la Via Podiensis », la Voie du Puy qui emmène marcheurs et pèlerins du Puy-en-Velay, en Haute-Loire, jusqu’aux Pyrénées. 

Voir ici et ici les trajets effectués au printemps 2018 et au printemps 2019. (SVP cliquer sur les mots/chiffres en caractères gras pour avoir des détails supplémentaires).

Et voir ici l’esprit dans lequel j’ai entrepris ce projet.

Fiche-Puy

Le tracé complet de la Voie du Puy. Indiquées en bleu, les villes/communes où j’ai soit commencé, soit terminé chacune de mes trois « saisons » sur le chemin de Compostelle en France – Le Puy, Conques, Cahors, Nogaro et Saint-Jean-Pied-de-Port.

J’ai terminé cette randonnée épique en franchissant comme prévu cet été, entre le 5 et le 25 juillet, 325 kilomètres. Répartis en 17 étapes et deux tronçons.

Tronçon #1 – 8 étapes: De Conques (Aveyron) à Cahors (Lot) =136 kms. Voir ici l’article précédent.

Tronçon #2 – 9 étapes: De Nogaro (Gers) à Saint-Jean-Pied-de-Port (Pays basque) = 189 kms. Voir la carte ci-dessus.

18jul4

Lundi 18 juillet, étape #11, une randonneuse solitaire entre Miramont-Sensacq (Landes) et Arzacq-Arraziguet (Béarn)

Depuis le printemps 2018, j’ai traversé, en partie, huit départements, dans l’ordre suivant. ( ) = le code du département.

La Haute-Loire (43) – la Lozère (48) – l’Aveyron (12) – le Lot (46) – le Tarn-et-Garonne (82) – le Gers (32) – les Landes (40) et les Pyrénées-Atlantiques (64)

Que retenir et quelles leçons tirer de ce périple de 740 kilomètres effectué sur les merveilleuses routes du sud-ouest de la France? 

23jul6

Samedi 23 juillet, étape #15, entre Navarrenx (Béarn) et Bellevue (Pays basque)

Cette longue randonnée a d’abord été, pour moi, une formidable expérience, une aventure épatante!

Une aventure qui incite, en même temps, au recueillement, à l’introspection.

Comment en serait-il autrement, après avoir parcouru seul, la plupart du temps, 740 kilomètres? (Marcher seul était mon choix, dès le départ).      

Voici donc, sur cette odyssée, quelques réflexions et observations personnelles – qui n’engagent que moi.

Puisque, selon ses circonstances, chacun vit, sur le GR65, une expérience différente.

A chacun son chemin.

20jul12

Entre Pomps et Maslacq, le mercredi 20 juillet.

24julplus

Randonneurs australiens, suisses, américains, français et canadiens réunis autour de la table de la ferme Gainekoetxea, à Ostabat, au Pays basque, le dimanche 24 juillet. Nous rejoindrons tous le lendemain, Saint-Jean-Pied-de-Port, 25 kms au sud.

Le 1er constat, très personnel, c’est qu’au fil de ces trois saisons, le chemin de Compostelle en France s’est peu à peu, pour moi, profondément transformé, métamorphosé.

A chacun de mes retours sur le GR65, le chemin a pris, inexorablement, une dimension différente.

Il y a d’abord eu, au départ du Puy-en-Velay, une dimension spirituelle. De nombreux marcheurs croisés sur le GR65, en 2018, étaient sur la route, semble-t-il, dans le cadre spécifique d’une démarche spirituelle, religieuse.

Le terrain s’y prête. Il y a entre Le Puy-en-Velay et Conques des chapelles splendides, des églises magnifiques. Où les pèlerins, souvent, s’arrêtent. Prient. Allument un cierge parfois. Ce premier tronçon du chemin, en Haute-Loire, en Lozère, en Aveyron, est tout simplement somptueux. Il invite à la méditation.

25jul8

Les édifices et symboles religieux sont de moins en moins fréquents sur le GR65 à mesure que l’on se rapproche des Pyrénées. Mais il sont toujours présents. Ci-dessus, le lundi 25 juillet, avant l’arrivée à Saint-Jean-le-Vieux, à 4 kms environ de Saint-Jean-Pied-de-Port.

Changement radical au printemps 2019 lors de ma deuxième saison sur le GR65!

Entre Cahors et Nogaro, la dimension spirituelle du chemin s’est vite estompée. Remplacée par le bonheur pur et simple de découvrir, dans des régions superbes, dans le Quercy, en Gascogne, dans le Gers, toute la palette et la richesse de la cuisine du Sud-Ouest!

Foie gras, pâtés, rillettes, canard confit, fromages, vins. Armagnac. Je ne me suis pas privé. Et je reprenais vite midi et soir, autour des plats du jour et des tables d’hôtes, les quelques kilos perdus lors de mes étapes quotidiennes.

Ce deuxième tronçon du chemin a été, pour moi, en un mot, épicurien. Je ne m’y attendais pas. Et je n’ai aucun regret! 

Quel bonheur de goûter à Cahors, à Montcuq, à Auvillar, à Eauze, à Montréal-du-Gers, à Nogaro, cette fabuleuse gastronomie!

J’ai découvert, au fil de ces étapes, une façon de vivre bien particulière. Un art de vivre en fait qui célèbre, autour de la table, produits du terroir, convivialité et plaisir partagé.  

19jul11

Poivrons farcis accompagnés de fromage fondu et de piperade, Pomps (Béarn), le mardi 19 juillet.

Ma troisième saison enfin, celle que je viens de terminer, a eu, comme principale caractéristique, l’effort physique. Effort intense. Quotidien. Cela n’a pas été facile. 

Premier défi? Sur cette dernière section du chemin, entre Nogaro et Saint-Jean-Pied-de-Port, les villages, les lieux habités sont beaucoup plus rares. Les hébergements, les commerces et les points d’eau aussi. Il faut donc faire de plus longues étapes. De 22 à 25 voire 27 kilomètres par jour. Beaucoup plus que la moyenne à laquelle je m’étais confortablement habitué – de 18 à 21 kilomètres environ par étape.

24jul02

Etape #16, le dimanche 24 juillet, entre Bellevue et Ostabat (25 kms)

Second défi, il y a eu à la mi-juillet, dans le sud-ouest de la France, un long épisode de canicule. Alors que je débutais le deuxième tronçon de ma randonnée, le thermomètre est monté, en quelques jours, à 37, 38 puis 39 degrés.

Pour éviter la grande chaleur, je quittais mon logement, comme la plupart des pèlerins, au lever du jour, autour de 6h. 

17jul1rue Carnot Aire

6h30 du matin, rue Carnot, au coeur de la petite ville d’Aire-sur-l’Adour, dans les Landes. J’ai quitté mon hébergement 30 minutes plus tôt et j’ai posé mon sac devant l’une des seules boulangeries ouvertes si tôt ce matin-là. A l’intérieur, « les petites mains », essentielles au chemin, préparent mon ravitaillement pour la matinée.

Le samedi 16 juillet, il a fait plus de 40 degrés sur le chemin lors d’une de mes plus longues étapes (25 kms) entre Nogaro et Barcelonne-du-Gers.

16jul1

En pleine canicule entre Nogaro et Barcelonne-du-Gers, le samedi 16 juillet. Cette étape a sans doute été l’une des plus difficiles en trois saisons sur le GR65. Une étape homérique.

Marchant seul sur le GR65 ce jour-là, et cheminant le plus vite possible sous un soleil de plomb, j’ai commencé à regarder de façon beaucoup moins sympathique les immenses champs de maïs, puis les champs de fleurs de tournesol – interminables – par lesquels passe le chemin dans cette partie du Gers.

16jul2

Un groupe de randonneurs longe en plein soleil le samedi 16 juillet un champ de fleurs de tournesol

Tous mes respects aux agriculteurs qui doivent, l’été, assurer la gestion et l’irrigation de ces vastes champs. 

J’ai dû boire en six heures de marche plus de 4 litres d’eau.

16jul3

Alleluia! Alleluia!

Heureusement, en arrivant à destination, la maîtresse de maison, à La Bastide du Cosset, a eu l’immense gentillesse de m’ouvrir la porte de ma chambre d’hôtes, vers midi 30. Merci, Florence! J’étais littéralement trempé de sueur.

Après ma douche, je me suis aperçu que mon tee-shirt (bleu), sur le plancher, avait changé de couleur. Il était devenu presque blanc. La sueur, séchée, y avait laissé de grandes traces blanches. 

16jul5

Le petit jardin de la Bastide du Cosset, une ancienne maison de Maître, entièrement restaurée. Une excellente adresse à Barcelonne-du-Gers.

Seconde étape caniculaire le lendemain, dimanche 17 juillet, jusqu’au village de Miramont-Sensacq, dans les Landes – où une bonne surprise m’attendait!

17jul4

Après 5 heures de marche, quel plaisir d’arriver à La Maison du Bos, une bâtisse du 18è siècle, rénovée elle aussi, à Miramont-Sensacq. Calme et confort assurés pour les randonneurs.

Autour de la table ce soir-là, un couple hollandais, ex-pèlerins, accompagnés de leur fille. Le couple vient de publier un ouvrage illustré qui retrace leur aventure et leurs rencontres sur le chemin de Compostelle, en France et en Espagne, quinze ans plus tôt. Le livre contient de merveilleuses photos. 

17julbis1

Salade de tomates du jardin à la Maison du Bos, à Miramont-Sensacq

Pour célébrer la publication de leur ouvrage, ce couple, charmant, a décidé de revisiter, en famille et en voiture cette fois, quelques-uns des lieux marquants de leur pèlerinage. Un projet qui a été, pour eux, déterminant. Ils s’étaient arrêtés, jadis, à La Maison du Bos. 

17Jul6

Souper à la Maison du Bos. Ce que la photo ne montre pas, c’est mon état avancé d’épuisement. Après une autre étape de 20+ kms et malgré une sieste, je tiens à peine debout. Départ, le lendemain, à 6h, pour Arzacq-Arraziguet.

Heureusement, la canicule, peu à peu, s’est atténuée les jours suivants.

Et j’ai pu poursuivre plus sereinement mon chemin dans le Béarn puis au Pays basque.

J’ai rencontré en route une pléiade d’individus, attachants, étonnants.

Comme ces trois pèlerins croisés le 19 juillet dans le Béarn entre Arzacq-Arraziguet et Pomps.

19jul4 - Theo, Florian et Louis

Théo, Florian et Louis cheminent ensemble, souriants, décontractés, sur le GR65. Ils vont jusqu’à Santiago. Florian (au milieu) me parle du Vietnam, où il est allé en 2014. Il a loué à Saïgon, avec un ami, une moto. Et les deux compères ont traversé le pays jusqu’à Hanoï puis Sapa. Très impressionné par la maturité de ces trois jeunes gens. Bonne route, messieurs!

Autre rencontre le lendemain, avec une dame d’un certain âge, très digne, la mère du propriétaire de ma chambre d’hôtes, à Maslacq, dans le Béarn. Nous conversons sur la galerie.

20jul19

Chambre d’hôtes La Ferme du Bicatou, à Maslacq, le mercredi 20 juillet.

Madame G. m’explique, dans une langue admirable, qu’elle regrette la disparition du Béarnais, une variante du Gascon, qu’on parlait autrefois à Maslacq. Le Béarnais a presque disparu aujourd’hui. On l’entend encore parfois, parlé par les anciens, sur les marchés et sur les places des villages. On l’enseigne  à l’école, mais la langue meurt peu à peu.

Le Béarnais était pourtant, jusqu’à la Révolution, la langue administrative et juridique de l’état du Béarn.

20jul20

En quittant Maslacq le jeudi 21 juillet

Deux jours plus tard, après avoir quitté Navarrenx, en route pour Bellevue, au Pays basque, je rencontre sur le chemin, près du bourg de Lichos, Josiane. Longue et amicale conversation.

23jul

Josiane, près de son domicile, sur le GR65, dans la commune de Lichos, au Pays basque, le samedi 23 juillet.

Josiane en a gros sur le coeur ce jour-là. Et veut le faire savoir. Le problème? Elle est retraitée, sans véhicule et dépend entièrement de ses enfants pour ses déplacements. Pour ses rendez-vous, aller faire ses emplettes ou voir des amis. Le village le plus proche, avec des commerces, Mauléon-Licharre, est à 10 kms. Pau, la préfecture, est à plus de 50 kms. Comment faire?

La commune de Lichos, me dit-elle, a récemment mis en place un service de navette, presque gratuit, pour les anciens. Mais les communications avec le chauffeur se font uniquement par SMS… et Josiane a du mal avec les SMS…

point eau

Point d’eau près de Navarrenx

Mes trois dernières étapes entre Navarrenx et Bellevue (18 kms), Bellevue et Ostabat (25 kms) et Ostabat et Saint-Jean-Pied-de-Port (25 kms) sont parmi les plus belles!

20jul22

Sur le GR65 entre le Béarn et le Pays basque

23jul101

En arrivant à Bellevue, à proximité de la ferme Bohoteguia, le samedi 23 juillet

23jul7

La fenêtre de ma chambre d’hôtes à Bellevue, grande ouverte au deuxième étage, donne sur le paysage de rêve, ci-dessous. Il n’y a, ce jour-là, aucun autre client dans la maison. Bonheur absolu.

23jul5

Les randonneurs ont choisi ce soir-là de dormir un peu plus bas sur le GR65, à la ferme Bohoteguia, quelques centaines de mètres plus loin. 

24jul0

6h30 du matin, au départ de l’étape vers Ostabat, le dimanche 24 juillet.

Et les pèlerins?

24jul01

En route pour Ostabat, le dimanche 24 juillet

La plupart des riverains ou des automobilistes qui croisent les randonneurs sur le GR65 sont loin d’imaginer à quoi ressemble la réalité quotidienne des pèlerins.

En un mot comme en mille, on ne chôme pas sur le chemin.

Il faut le matin planifier soigneusement son itinéraire et son ravitaillement. Se munir de pain, de fromage ou acheter à la boulangerie (s’il y en a) de quoi s’alimenter. Il faut repérer à l’avance, sur les cartes, les points d’eau. Ou être condamné à porter dans son sac 2 ou 3 litres supplémentaires.

(Astuce: en général, les cimetières sont des sources sûres d’approvisionnement en eau potable. Pousser la barrière du cimetière, chercher le robinet qui sert à remplir les vases et à arroser les fleurs sur les tombes. Remplir sa gourde).

24jul

Delphine et Josée, pèlerines, croisées régulièrement sur le GR65 depuis Barcelonne-du-Gers. Delphine (à gauche) vit en Haute-Savoie. Josée, elle, habite Montréal.

Il faut aussi impérativement prendre chaque soir bien soin de ses pieds. C’est la grande affaire. Chacun a sa méthode, ses pommades, ses conseils à partager. Il faut laver et faire sécher son linge. Trouver le temps de communiquer avec la famille, les amis.

Il faut se préparer mentalement et physiquement à affronter le lendemain le soleil, le vent, la pluie, la fatigue, les difficultés du chemin. Le GR65 monte régulièrement à l’approche des Pyrénées, l’effort est constant. Être pèlerin n’est pas de tout repos.

24jul4

Montée de la crête vers la chapelle de Soyartz, avant l’arrivée à Ostabat, le dimanche 24 juillet

Pour ceux qui portent leur grand sac, il faut enfin chaque matin, avant de reprendre la route, refaire et vérifier son bagage. Ce n’est pas toujours facile ou évident à 5h30 ou 6h le matin!

Une pèlerine a éclaté en sanglots devant moi cet été, en disant: « Je viens de prendre ma retraite pour ne plus avoir de routine. Et voilà que sur le chemin je dois tous les matins suivre la même routine pour préparer et vérifier mon sac! J’ai failli abandonner. »       

24jul8

Après six heures de marche le dimanche 24 juillet, enfin!, le village d’Ostabat, au Pays basque. C’est juste avant Ostabat que se rejoignent trois des grandes voies jacquaires qui mènent vers Compostelle: la voie du Puy, la voie de Vezelay et la voie de Tours.

24jul10

Axoa de veau servi à Ostabat, le dimanche 24 juillet

Mais il y a aussi tant de côtés positifs dans la vie de pèlerin!

La solidarité, le partage et le respect entre les randonneurs.

Le sentiment très fort de parcourir, côte à côte, des chemins splendides.

De franchir, ensemble, avec succès, des étapes difficiles.

Le sentiment aussi, parfois, sur le chemin, surtout vers la fin, à l’approche des Pyrénées, d’être invincible!

Car parcourir plusieurs jours de suite, sans gros pépins, des étapes de 25-27 kilomètres, cela donne beaucoup d’assurance!

D’un autre côté, essentiel pour moi, la marche tonifie et aide aussi à clarifier tellement de choses!

A l’heure de Twitter, de TikTok et de l’information continue, quel baume pour l’esprit de pouvoir marcher en silence, en paix, pendant des semaines, en pleine nature. Et être assuré, en fin de journée, d’avoir un toît, un lit, un bon souper, des compagnons de route, souvent. C’est un privilège inouï. 

17jul2

Inscription (avec faute d’orthographe) sur le chemin entre les villages de Barcelonne-du-Gers et Miramont-Sensacq (Landes), le dimanche 17 juillet.

Deux rapides observations – et une anecdote – avant de conclure.

25jul1

Benat, ci-dessus, propriétaire depuis plus de 20 ans de la ferme Gainekoetxea, à Ostabat, met un point d’honneur tous les matins à entonner, fièrement, devant les pèlerins, au petit-déjeuner, de magnifiques chants basques!…

25jul2

… pendant que son épouse, Lucie, supervise la restauration et la logistique des hébergements. Ce n’est pas toujours facile de gérer un gîte ou une maison d’hôtes sur le GR65, surtout en temps de canicule et de pandémie. Le petit-déjeuner, par exemple, doit être préparé et servi à 6h, parfois plus tôt. Merci infiniment pour cette belle halte chez vous, Benat et Lucie!

Observation #1 – Il y a, malheureusement, sur le chemin, très peu de diversité parmi les randonneurs. En trois saisons, je n’ai aperçu que quelques Asiatiques (Vietnamiens, Coréens pour la plupart) et un seul autre Noir sur le GR65. Est-ce dû à la pandémie? Aux grandes chaleurs de l’été? 

25jul3

Lors de ma dernière étape entre Ostabat et Saint-Jean-Pied-de-Port, le lundi 25 juillet

Observation #2 – Au fur et à mesure qu’on se rapproche des Pyrénées, la proportion et la fréquence du « goudron » sur le GR65 augmente. Ce n’est plus un chemin mais une véritable route qui emmène les marcheurs vers la montagne. Même si les véhicules sur ces petites routes restent rares, c’est dommage! Pourquoi ne pas convertir certains de ces tronçons en sentiers de marche?

21jul7

Entre Maslacq et Navarrenx, le jeudi 21 juillet

Une dernière anecdote.

Au terme de mon avant-dernière étape entre Bellevue et Ostabat, j’arrive vers 13 heures à la ferme Gainekoetxea, mentionnée plus haut. Il est encore tôt. Les propriétaires sont absents et ma chambre n’est pas encore disponible. Il faut patienter.

Sur l’une des terrasses de la propriété, je rencontre Monica, une redoutable randonneuse suisse qui franchit quotidiennement des étapes de 30 à 35 kms. Monica est arrivée il y a plus d’une heure déjà. Elle est fraîche comme une rose. Pas une goutte de sueur. Je n’en reviens pas. Que mange-t-elle donc le matin? 

Une trentaine de minutes plus tard, arrive un troisième pèlerin, Russell. Il est rouge comme une pivoine, transpire abondamment et souffle comme une cheminée. Je me sens mieux. Enfin, un semblable.

Après avoir repris haleine, Russell nous apprend qu’il habite, avec son épouse, en Oregon. Nous parlons tous les trois, calmement, de voyages. Russell mentionne qu’il a habité, enfant, en Afrique, à Lagos, au Nigéria. Moi aussi!! Je dresse l’oreille et je l’écoute.

24jul2

Russell, sur la terrasse de la ferme Gainekoetxea, à Ostabat, au Pays basque, le 24 juillet.

J’apprends avec stupéfaction que le père de Russell travaillait pour la CIA, à l’ambassade américaine de Lagos, entre 1958 et 1961. Avant et après l’indépendance du pays. Neuf ans avant notre arrivée à Lagos. Mais nous voilà lancés dans une conversation animée où Russell mentionne des lieux qui font partie du folklore et de l’histoire intime de notre famille. Le club Ikoyi, les quartiers Apapa, Ikeja, Victoria island. L’hôtel Federal Palace à partir duquel le « Banana Boat » emmenait les baigneurs sur la plage de Tarkwa Bay, au large de la ville. Incroyable!

Russell a connu et vécu tout cela, lui aussi, neuf ou dix ans avant nous. Nous habitions à Ikoyi. Son père, lui, pour des raisons de logistique, habitait Ikeja, près de l’aéroport. Et il y avait déjà, me dit Russell, dans ce quartier, des embouteillages monstres…   

Qui aurait pu prévoir que nous nous rencontrerions un jour, à Ostabat, au pied des Pyrénées? Ce type de rencontre résume assez bien l’esprit d’un chemin où il se passe, quotidiennement, bien des choses.  

25 juillet

Dernière étape, le lundi 25 juillet…

gam1

Près du village de Gamarthe, quelques kilomètres avant Saint-Jean-le-Vieux

25jul7p

Le clocher de l’église de Saint-Jean-le-Vieux pointe à l’horizon, le lundi 25 juillet. On aperçoit au loin les Pyrénées. Plus que sept ou huit kilomètres avant de rejoindre Donibane Garazi, Saint-Jean-Pied-de-Port. Mon périple, commencé il y a plus de quatre ans au Puy-en-Velay, est presque terminé! Ultreïa! 

CP1

Mon carnet de pèlerin, dûment estampillé au fil de mes trois saisons passées à randonner sur le GR65

CP2plus

Chaque sceau, daté, représente une étape et certifie ma halte pour la nuit dans un des hébergements situés sur le chemin de Compostelle en France, entre Le-Puy-en-Velay et Saint-Jean-Pied-de-Port.

Quel été fantastique!

 Montréal – Paris – le Pays basque – Cahors – Toulouse – puis le GR65, pour moi.

Malgré tous ces déplacements, Diana et moi, avons, pour l’instant, échappé à ce satané virus. Nous sommes tous les deux en bonne santé.

Et nous tenons à remercier ici tous ceux et celles croisés sur la route depuis notre départ de Vancouver, le 20 avril. En particulier:

Mon frère Alix venu nous rejoindre au Pays basque.

Aline, Paulo, Monsieur et Madame L., Monsieur A., à Saint-Jean-Pied-de-Port. Merci infiniment!

Christiane pour son amitié et les bons moments passés à Cahors.

Merci aux randonneurs rencontrés sur le GR65 cet été – Sylvie (Lyon), Sylviane (Loire), Sandrine (Gers & Cuba), Isabelle (Toulouse), Delphine et Josée, Gilles, Didier et Véronique, de la région de Nice! Bonne rentrée à tous les trois!

Et merci, surtout, à Diana

20 août 2022 Memorial Park vancouver 3

Après trois mois et demi de voyage, cela fait du bien d’être de retour à la maison! Ci-dessus, au milieu d’un pique-nique, au Memorial Park (41st Avenue & Fraser) dans l’est de Vancouver, le samedi 20 août, et

29 août 2022

avec mon ami Brian lors d’une randonnée en vélo le long de la rivière Fraser, en territoire Musqueam, au sud de Vancouver, le lundi 29 août.

Bonne fin d’été à tous!

12 réflexions sur “À chacun son chemin…

  1. Bravo d’avoir mené à son terme ce beau projet. Et merci pour les articles tellement intéressants et riches d’enseignements. Comme discuté, je suis partant pour une longue randonnée avec toi. Je vais commencer le mois prochain à m’entraîner pour être à ton niveau 🙂 . Viviane et moi serons deux semaines à Kauai et on fera, entre autres, une partie du célèbre Kalalau trail…

    • Allo Alix, je viens de voir les photos de votre randonnée à Kauai! Quel panorama incroyable! Le paysage ressemble un peu à celui des Îles éoliennes, mais en plus sauvage. Bonne continuation à Hawaï. On garde contact pour le printemps prochain.

  2. Max, comme d’habitude ton récit est inspirant, truffé d’anecdotes fort sympathiques et donne envie de parcourir cette région. Quelle belle démonstration de persévérance! On sent que tu as peiné durant ce troisième tronçon mais qu’en bout de ligne tu es ressorti de cette expérience de vie plein de bonheur ( Je t’aime la vie❤️) et l’esprit rempli de beaux paysages. Une vraie inspiration! MERCI.

    • Merci beaucoup, Marie-Hélène! Avec le recul, parcourir le GR65 a vraiment été un beau projet. Un des plus beaux depuis le début de ma retraite… et j’ai déjà envie de reprendre mes chaussures de marche!

  3. Merci Max! C’est formidable que tu aies eu le temps cet été d’approfondir ton expérience sur le chemin de Compostelle. J’ai beaucoup aimé découvrir les personnages que tu as rencontrés sur le chemin. Bon retour à Vancouver! Que tu continues à profiter de la vie et de toutes les expériences qu’elle t’offre.

    • Merci Vancouveroise, rencontrer les gens au hasard du chemin, être attentif à leurs propos, c’est l’un des grands privilèges de cette magnifique randonnée! Chacun a une histoire, un souvenir à partager. Il faut simplement être ouvert, patient, dresser l’oreille. Et ne pas avoir peur du silence qui, parfois, s’installe.

  4. Max a écrit: “À chacun son chemin …”.
    Pourtant ton chemin est bien rempli de lumière, de beaux paysages, des belles rencontres, de bons aliments … En un mot, un chemin de bonheur et de joie! Que Dieu te bénisse, toi et ta famille.

    Un ami qui lit tes récits de voyage avec ferveur et appréciation,
    Duc

    • Cher Duc,
      Voilà un des plus beaux témoignages reçus sur cette plateforme! Votre message, cher Duc, me touche énormément. Comment vous remercier d’être un lecteur si fidèle? Merci infiniment pour votre soutien.
      Vous savez, je vis à Vancouver, dans une ville que j’adore, où, malheureusement, ma langue maternelle est pratiquement invisible dans l’espace public. Même si le français est officiellement l’une des langues officielles du pays. C’est un peu pour cela aussi que j’écris ce blog de voyages. Pour pratiquer, garder et partager ma langue avec d’autres qui l’apprécient, comme vous. Encore une fois, merci de tout coeur. Je vous souhaite, ainsi qu’à votre famille, une très belle fin d’été et un automne doux et serein.
      Avec toute mon amitié.

    • Merci infiniment, Christiane! Cela a été un grand plaisir de te revoir cet été! Je planifie déjà ma prochaine randonnée sur l’un des merveilleux sentiers du sud-ouest. Pourquoi ne pas organiser et faire ensemble une ou deux étapes l’an prochain, le long de la voie du Célé par exemple?

  5. Connecting deeper with yourself, finding purpose – strengthened by adversity such as la canicule – and meaning on this journey. You exemplify that life truly is about putting one foot in front of the other.

    Omedetou gozaimasu! 🙇🏻‍♀️

    • Thank you so much Il dolce far niente! You always come up with such interesting & unique IDs!
      I sense that you have very much enjoyed your summer in Europe. It will be wonderful to see you next week and exchange travel notes!

Publier un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s