Lettre de Jacmel

Étrange sentiment de vivre depuis une semaine dans un pays que le président américain qualifie de « pays de m… » …

Cette insulte, abjecte, qui a fait le tour du monde, et qui résonne encore, a profondément blessé le peuple haïtien. Elle arrive au moment où la nation se recueille et commémore le huitième anniversaire du tremblement de terre de janvier 2010 qui a causé la mort de plus de 200 000 personnes.

Dans les conversations, les médias: l’émoi, la surprise, la colère.

Ci-dessous, quelques mots de l’éditorial du quotidien haïtien «Le Nouvelliste », daté du lundi 15 janvier.

« Donald Trump a stigmatisé tous les Haïtiens (…) Les démentis n’y feront rien. Notre réputation est affectée par les mots, le tollé et les dénégations comme peu de catastrophes ont pu le faire. Le séisme Trump est aussi puissant que celui de 2010 (…)

Chacun, suivant ses opinions, peut ne pas prendre toute la mesure du mal qui est fait à Haïti et à chaque Haïtien ces derniers jours. Il est immense. »

N’en déplaise au locataire actuel de la Maison Blanche qui, à ma connaissance, n’a jamais mis les pieds ici, Haïti, première république noire indépendante, n’est pas ce qu’il décrit.

Comme bien des pays, Haïti a des défis considérables à relever. La pauvreté. Les inégalités. La corruption. Le chômage. Une gouvernance défaillante. L’insécurité. Le manque de transparence des dirigeants. L’insalubrité.

Mais il y a aussi ici, envers et contre tout, tant de choses à célébrer!

L’histoire. La culture. La cuisine. La nature.

Le sourire, la gentillesse, le courage et la grande dignité des habitants.

Une des meilleures façons selon moi de corriger l’image d’Haïti, de combattre les préjugés haineux qui viennent de Washington ou d’ailleurs, c’est de venir dans le pays. Venir y passer quelques jours, seul, en couple ou en famille, en vacances, afin de rencontrer les Haïtiens. Apprendre à les connaître. À rire avec eux. À les aimer

Cette lettre est donc un appel.

Je vous invite à visiter cette île – complexe, envoûtante, déroutante – qu’on appelait autrefois « La Perle des Antilles ».

Dans le département du sud-est, Jacmel, fondée en 1698, est un ancien port de commerce de café et de canne à sucre. Après Port-au-Prince, Le Cap (Cap-Haïtien, au nord), Les Cayes (au sud), Gonaïves (dans l’Artibonite) et Jérémie (dans la Grande-Anse), Jacmel est une des plus importantes villes du pays.

Pour essayer de vous convaincre, voici un résumé, en images, de mes premiers jours dans le pays, à Port-au-Prince, et à Jacmel, dans le département du sud-est.

Port-au-Prince, mercredi 10 janvier. Retour chaleureux à la Guesthouse Eucalyptus qui m’accueille pour la troisième fois. Dans l’ordre habituel, Bruny, le chauffeur, Cacoune, la cuisinière et Calèbre, un des jeunes gérants de l’établissement.

La compagnie de bus La Source (Tel: (509) 4300 9525) assure plusieurs fois par jour une liaison sûre, directe et confortable entre le centre-ville de Port-au-Prince et Jacmel. Le trajet, en fourgonnette climatisée, coûte 225 gourdes ($3.50) et dure environ deux heures.

À mon arrivée à Jacmel, le jeudi 11 janvier, quelques souvenirs de Noël ornent encore les rues…

Petit Papa Noël, dis-nous, que vas-tu apporter à Haïti? Parce que…

L’excitation dans les rues de la ville est brusquement montée d’un cran, dimanche 14 janvier, avec l’ouverture officielle du Carnaval 2018…

Les premiers attroupements et défilés ont eu lieu en début d’après-midi le long de l’avenue Baranquilla qui mène à l’aéroport et aux plages…

J’ai aussi retrouvé à mon arrivée à Jacmel la merveilleuse cuisine haïtienne…

Plat de boeuf accompagné de « banane mûre », de piments rouges, de riz à pois et d’une salade

… et les rues de la vieille ville, très sûres, même le soir.

Avenue de La Liberté, Jacmel

Rue du Commerce, dans ce qui était autrefois le quartier des artisans et des commerçants de café. Jacmel a beaucoup souffert lors du séisme de 2010. Plus de 440 personnes ont perdu la vie

Première grande exploration en moto, lundi 15 janvier, en direction de Fort-Ogé et de Cap Rouge, deux villages de basse montagne situés à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Jacmel…

Sur les hauteurs de Jacmel, au centre de la carte, les petites localités de Fort-Ogé et de Cap Rouge… Plus à l’est, le village de Seguin, au coeur du parc national La Visite, où je serai à partir de dimanche…

La route pour arriver à Fort-Ogé et Cap Rouge monte inlassablement au milieu des « mornes » (montagnes en créole).

La région, réputée autrefois pour son café, est magnifique. Les plantations ont malheureusement depuis longtemps disparu, remplacées par d’autres cultures plus faciles à gérer.

La plupart des paysans vivent aujourd’hui, très pauvrement, à partir de petits lopins de terre où poussent du maïs, des pommes de terre, des carottes ou des oignons. D’autres élèvent sur leurs terrains des porcs, des chèvres…

Junior, 25 ans, né à Cap Rouge, fortement recommandé par mon hôtel, sera mon chauffeur et mon guide pour la journée et pour les prochains jours. Chauffeur de moto à Jacmel depuis cinq ans, sa famille vit toujours à Cap Rouge. Sur la route, tout le monde le connaît, le salue…

Le chemin rocailleux est vite suivi d’une piste de terre rouge qui grimpe à flanc de collines…

Altitude: environ 800 mètres. Sur la gauche, on aperçoit la baie de Jacmel

… avant de déboucher sur une piste qui mène au village de Fort-Ogé…

Le panorama est grandiose. Calme absolu. Il fait frais. Au bord du puits du village, un enfant attend un ami…

Il nous aura fallu une heure en moto pour arriver jusqu’ici… L’agitation de Jacmel est bien loin!…

À ma grande surprise, un homme, sur le chemin, à proximité du puits, nous aborde. Il est enseignant.

Après quelques mots, il m’invite chaleureusement à visiter son établissement, l’école primaire publique de Fort-Ogé, située à quelques pas. J’accepte avec plaisir!

Onze élèves seulement (sur 40) dans une des classes ce matin-là. Il a beaucoup plu la veille, m’explique-t-on, et certains chemins, au nord de l’école, sont impraticables. La plupart des élèves sont ainsi restés à la maison… ou sont partis travailler avec la famille dans les champs…

La visite des classes est bientôt suivie dune rencontre impromptue avec les enseignants et la directrice de l’école. La majorité des professeurs habite Jacmel. Pour eux, deux heures de trajet quotidien, en moto, beau temps/mauvais temps, cinq jours sur sept.

Les conditions de travail sont difficiles. Il faut souvent convaincre les parents, paysans pour la plupart, d’envoyer leurs enfants à l’école.

Salaire moyen des enseignants? 13 000 gourdes par mois (environ US$210). En guise de comparaison, les enseignants avec qui je travaillais il y a cinq ans au Rwanda gagnaient, eux, environ $US50 par mois. Le coût de la vie est beaucoup plus élevé en Haïti.

Deux enseignants et un membre du personnel de l’école primaire de Fort-Ogé réunis autour de la directrice, lundi 15 janvier.

Je suis aussi venu à Fort-Ogé afin de visiter une des pages glorieuses et méconnues de l’histoire d’Haïti.

Ici, au-dessus de la baie de Jacmel, en 1805, l’année qui suit l’indépendance, le gouvernement construit un des nombreux forts (plus de 20) qui doivent protéger la jeune république d’une contre-attaque toujours possible des troupes françaises – défaites, avec éclat et panache, l’année précédente…

Haïti paiera cher cette indépendance acquise en 1804.

Le Fort Ogé, construit sur l’ancienne habitation de Benjamin Ogé, un colon français. Le fort tombe en ruines et a lui aussi beaucoup souffert lors du séisme de 2010. Un projet communautaire de réhabilitation est en cours.

Anciens canons dérobés aux colons français.

Le temps s’est brusquement dégradé pendant notre visite et nous devons abréger notre explorations du fort…

Sous une pluie fine, suivie d’éclaircies puis d’un grand soleil, nous quittons Fort-Ogé en direction de Cap Rouge…

… avant d’amorcer la longue et sinueuse descente vers le village des Orangers et gagner ensuite  Jacmel. La journée a été fantastique! Merci Junior. Et merci Haïti!

Paysanne sur le chemin magnifique qui relie Fort-Ogé à Cap Rouge…. Ci-dessous, nous poursuivons dans un décor de rêve notre longue descente vers Jacmel… La région a un énorme potentiel touristique, notamment pour ceux qui aiment la randonnée…

Un dernier mot. J’ai eu la chance d’assister à Jacmel cette semaine à la première édition du festival Les Lumières du Sud – festival consacré au jeune cinéma antillais, africain et francophone.

Une douzaine de films étaient à l’affiche.

Plaisir immense d’assister l’après-midi à l’Alliance Française de Jacmel et au centre-ville, en soirée, à la Place Toussaint Louverture, à plusieurs projections de grande qualité.

Deux films en particulier ont retenu mon attention. De Kiskeya à Haïti mais où sont passés nos arbres? (réalisé par Mario Delatour), et Ayiti Mon Amour, tourné en partie à Jacmel, déjà récipiendaire de plusieurs prix internationaux et candidat sérieux, dit-on, au prix du meilleur film étranger aux Oscars cette année. Croisons les doigts.

Vous pouvez voir des extraits de ces deux très beaux films en cliquant sur les liens en vert ci-dessus.

Bon cinéma! Et Bravo à tous les artisans du Festival!

Deux autres plats succulents dégustés cette semaine. Ci-dessus, poisson court-bouillon et gros sel assaisonné de piments, de citron vert et de gingembre, accompagné de pommes de terre, de riz et d’une salade.

Plat de cabri (jeune brebis) servi avec des frites et une salade