Moorea

Malgré toutes nos bonnes intentions, nous avons vite réalisé qu’il est difficile de ne pas être touriste lorsqu’on séjourne à Moorea!

15novintro

Retour à la maison, le mardi 15 novembre, après une journée bien remplie et une première baignade à la plage Ta’ahiamanu située à l’entrée de la baie Opunohou, sur la côte nord de Moorea. A l’arrière-plan, un bateau de croisière a jeté l’ancre dans les eaux claires de la baie. 

L’île est très belle, verte, montagneuse, jalonnée de splendides plages de sable blanc!

15novd3

Diana en grande conversation sur la plage Ta’ahiamanu 

15nov1

Nous quittons la plage ce jour-là en transportant nos casques…

14novmoto

de scooter!… Puisque c’est une des façons les plus pratiques de se déplacer ici. Aucun permis n’est requis à Moorea pour ce type de véhicule (50cc)

carteplusMoorea

Une route goudronnée d’environ 60 kms (que nous avons parcourue deux fois en scooter dans les deux sens) fait le tour de Moorea. Nous sommes arrivés sur l’île, en traversier, au port de Vaiare, sur la côte est. Un taxi nous a emmenés en une trentaine de minutes à notre bungalow situé au village de Haapiti sur la côte ouest de l’île.

Nous souhaitions à Moorea vivre le plus indépendamment possible. Nous voulions aller et venir sur l’île à notre guise. D’où la nécessité d’avoir un scooter pour les déplacements – les transports en commun étant ici pratiquement inexistants. Nous voulions aussi un logement indépendant, avec une cuisine, loin des grandes structures hôtelières.

Nous avons eu la chance de trouver, au sud de la commune de Haapiti, exactement ce que nous recherchions.

chemin

Avant l’église de la Sainte Famille (direction nord), un chemin communal quitte la route principale, entre dans les terres et mène à…

16nov4 Fare Opuhi

Notre bungalow! Le Fare Opuhi, est situé au calme sur un vaste terrain arboré. Deux chambres, un grand salon, une cuisine, une machine à laver, deux terrasses. Nous partageons l’immense propriété (où poussent des ananas, des cocotiers) avec quatre autres bungalows dont deux, à cette saison, sont inoccupés. Nous avons donc beaucoup d’espace. Que nous partageons avec de petits lézards, des moustiques et des fourmis qui viennent régulièrement nous rendre visite! Fare = maison, Opuhi = fleur de gingembre

Comme partout depuis notre arrivée en Polynésie, nous sommes comblés par la politesse, la gentillesse des Tahitiens.

15novHALI

Hali, enfant du pays, nous accueille avec un grand sourire dans un des commerces du « Petit Village » de Haapiti.

Sur la route, en scooter ou en vélo, tout le monde pratiquement nous salue! Ia ora na!

Nous nous arrêtons fréquemment devant les maisons au bord la route afin d’acheter les denrées des riverains.

clara2

Clara offre sur une petite table, à Haapiti, des papayes et de succulents avocats. Tous ces produits sont cultivés à deux pas de notre logement. 

15novamo

Quelques kilomètres plus loin, Amo tient avec sa famille un étal de fruits récoltés dans son jardin. Le supplément de revenu que génèrent ces petits commerces est loin d’être négligeable dans le budget des familles.

Chacune de ces rencontres nous permet de faire connaissance avec les habitants de l’île. De mieux comprendre leur quotidien, leurs défis. Nous les écoutons attentivement.

La vie est chère à Moorea. Le modeste restaurant de Haapiti où nous étions jeudi proposait un plat du jour à 4000 CFP (Franc Pacifique), soit 33 euros ou 46 CAN$. Ce qui explique peut-être que la clientèle des restaurants et des cafés de l’île soit presqu’exclusivement composée de métros ou de touristes.

Nous n’avons aperçu ici aucun ma’ohi à la terrasse d’un café. Ou dans un restaurant. C’est dommage. Et révoltant aussi. Une situation que les dépliants touristiques se gardent bien de mentionner.

Deux autres remarques.

#1 – Le taux de chômage en Polynésie française est officiellement de 9.5%. Cependant, même s’il s’agit d’une collectivité liée à la France, aucune allocation chômage n’est octroyée sur le territoire. (Comme c’est le cas par exemple en Martinique ou en Guadeloupe).

17novpauvreté

Un autre visage de Moorea. À côté d’une table de fortune, au bord de la mer, sur la côte nord de l’île

17novpauvreté2

une femme fait cuire du « uru », le fruit de l’arbre à pain de Tahiti. Le « uru » était autrefois la base de l’alimentation des Polynésiens

#2 – Nous avons été surpris d’apprendre que l’eau à Moorea n’est pas partout potable. En particulier dans notre secteur, entre Haapiti et Maatea (voir la carte plus haut). Une zone beaucoup moins touristique que la côte nord où sont regroupés la plupart des grands hôtels.

En faisant des recherches, je suis tombé sur le texte (ci-dessous) d’un reportage diffusé en janvier 2021 sur les ondes de Tahiti Nui Télévision.

« À Moorea, l’eau n’est toujours pas potable sur un tronçon de 15kms sur les districts de Maatea et Haapiti. Georges Huaa habite Maatea. Il doit lui-même potabiliser son eau: « Avant de servir l’eau, je prends toujours une compresse pour filtrer (…) On ne peut pas boire l’eau comme ça, on a la diarrhée. (…) Quand il pleut ici chez nous à Moorea, ça devient chocolat (…) On ne peut pas boire cette eau. On est obligés d’aller au magasin chercher de l’eau pour boire notre Milo, notre café. On n’est pas d’accord nous ici à Maatea. On paie l’eau et elle n’est pas propre. »

“Je comprends. On ne peut pas payer de l’eau chocolat à chaque fois, admet le maire. Il ne reste que 15kms à terminer. Je demande à la population de patienter un peu. Je sais que cette année on va tout faire, que le reste de la population puisse boire de l’eau potable.”

Les 20% de la population de Moorea qui ne bénéficient pas d’eau potable devront encore prendre leur mal en patience avant de pouvoir boire sans crainte au robinet… »

Le problème, deux ans plus tard, n’est toujours pas réglé.

Diana et moi avons dû, régulièrement, nous approvisionner en bouteilles d’eau.

17nov3

Très peu de circulation sur la route qui fait le tour de l’île.

Ceci dit, Moorea, par beau temps, est magnifique!

Jamais je n’ai vu de végétation si luxuriante!

Ni à Bali ou Sumatra, au nord du Laos, en Thaïlande ou en Birmanie.

15novananas

En scooter, sur « la route des ananas », le mardi 15 novembre. L’ananas est le fruit-roi de l’île et l’une des principales exportations de Moorea

17nov5plus

Un bateau se fraye un passage à l’entrée de la baie Opunohu, près de l’éco-musée

16nov2

Une maison, nichée à l’intérieur des terres, dans un quartier de Haapiti.

La météo n’a pas toujours été clémente pendant notre séjour. Nous avons eu droit, vendredi et samedi matin, à des pluies torrentielles.

Heureusement, Moorea se refait vite une beauté!

17nov2plus1

Aperçu de la plage Temae, l’une des plus belles de l’île, située à la pointe nord-est de Moorea. Diana, avec son casque, est sur la droite, en conversation. À l’arrière-plan,

17nov

vu du belvédère Toatea, un important complexe hôtelier

17nov1

offre à ses clients un séjour de rêve dans les eaux turquoises de Moorea

17nov11plageTiahura

Nous avons de notre côté préféré la plage calme et sereine de Tiahura située près du « Petit village » de Haapiti où nous avons fait le jeudi 17 novembre une deuxième, longue et délicieuse baignade. Nous avions la plage pratiquement à nous.

19nov Michel travailleur agricole

Michel, travailleur agricole, rencontré sur un chemin à Haapiti, le samedi 19 novembre.

En parlant aux riverains, aux métros installés sur l’île, nous avons beaucoup appris.

En les écoutant, cependant, il semble que les deux communautés vivent dans des mondes parallèles.

Peu de points de contact. Les mentalités, les priorités sont différentes.

Du moins, c’est mon impression. À confirmer dans les prochaines semaines.

20nov2022varariplage.JPG1

La magnifique plage de Varari, située à 30 minutes en vélo au nord de notre bungalow. Dimanche matin, 20 novembre, 9h. Il n’y a pas un chat. Quelle découverte après la messe!

Nous quittons Moorea mardi matin pour l’île de Huahine, troisième étape de notre périple.

Un vol de 35 minutes avec Air Tahiti.

carte1

Distance à vol d’oiseau entre Moorea et Huahine: environ 160 kilomètres

C’est un autre voyage qui commence.

Après les Îles du Vent (Tahiti et Moorea) qui regroupent 75% de la population de la Polynésie française, nous allons vivre, aux Îles Sous-le-Vent, puis dans l’archipel des Tuamotu, dans des territoires très isolés et de moins en moins peuplés.

Huahine compte environ 6 000 habitants. L’île de Maupiti, notre quatrième étape après Huahine, en compte à peine 1300. Et Tikehau, dans les îles Tuamotu, moins de 600.

carte2huahine

Notre pension de famille à Huahine est située près de la commune principale de l’île, Fare.

Nous sommes très reconnaissants de pouvoir réaliser ce voyage! Tout se passe bien.

Merci à tous les habitants de Moorea, « l’île soeur » (de Tahiti), de nous avoir si gentiment accueillis!

17nov8Hekeani

Hekeani, originaire des Marquises, vit depuis de nombreuses années à Moorea et travaille à la boutique du Lycée Agricole de Opunohu, dans le nord de l’île. Hekeani est diplômée du lycée qui offre plusieurs filières et formations à environ 200 étudiants provenant des 5 archipels de la Polynésie. Informations supplémentaires: ici

Au revoir, Moorea!

La Polynésie française

Comme Bougainville, Melville, Gauguin, Brel et tant d’autres aventuriers, je pars dans quelques jours pour Tahiti et les îles de la Polynésie française. Un voyage de deux mois. Un rêve que je m’étais promis de réaliser dès la fin de mon périple en France sur le chemin de Compostelle.

Un voyage au bout du monde. Dans les archipels et îlots des mers du Sud. Aux Îles Tuamotu. Aux Marquises.

Un voyage dans une région, un espace culturel, complètement inconnus pour moi. Que j’ai hâte de découvrir à petits pas, avec respect et humilité. Diana m’accompagne bien sûr.

carte iles-polynesie-carte

Les cinq archipels qui composent la Polynésie française. Un territoire immense. Au cours de ce voyage, nous visiterons trois des cinq archipels: les îles de la Société, les îles Tuamotu et les Marquises.

Lorsqu’on évoque aujourd’hui un voyage à Tahiti, les idées préconçues, les images de cartes postales, les clichés, malheureusement, ne manquent pas.

Depuis Bougainville et les nombreux récits des navigateurs européens puis américains dans ce « paradis perdu », le mythe de Tahiti – « fantasme collectif » – perdure.

Pour la plupart des touristes et des agences de voyages, la région se résume, invariablement, aux paysages de rêve, aux plages somptueuses, aux couchers de soleil. Et au mythe persistant du « bon sauvage » qui vit heureux sur une île peuplée de femmes dociles et souriantes. Comme dans un tableau de Gauguin

Le croquis est à peine exagéré.

Une fois leur croisière ou leur lune de miel terminée, les visiteurs repartent en général assez vite. Les statistiques nous apprennent que la durée moyenne d’un séjour touristique en Polynésie française était, en 2019, de 12 jours. À l’image de Bougainville qui n’a passé, en 1768 … que 9 jours à Tahiti!

carteplus iles Société

Soulignées en rouge, nos cinq haltes dans les Îles de la Société que nous visiterons dans l’ordre suivant: Tahiti, Moorea, Huahine, Maupiti et Bora-Bora. Séjour prévu d’une semaine dans chacune des îles, sauf à Bora-Bora où nous serons en transit une journée. Voir l’itinéraire complet à la fin de l’article.

Notre projet de voyage est bien différent. Pas de croisière au programme pour nous. Ni de séjour dans un bungalow sur pilotis, au bord d’un lagon splendide et isolé. Nous voulons au contraire être au plus près des gens. Nous souhaitons si possible vivre, partager et observer – derrière la carte postale – la vie quotidienne des Tahitiens et Tahitiennes.

Nous aimerions les écouter. Entendre leurs interrogations. Leurs espoirs. Leurs craintes. Quels sont leurs défis? Leurs fiertés? Comment nous perçoivent-ils?

Tous nos hébergements, sauf à Papeete et Moorea, ont été réservés dans des petites pensions de famille, des structures modestes, en demi-pension souvent. Les petits-déjeuners et certains repas seront pris en commun, en famille, en compagnie d’autres voyageurs. En toute simplicité. Une formule que j’aime bien. Qui s’apparente un peu à celle des « chambres d’hôtes » que j’ai tant appréciées lors de mes randonnées sur le GR65.

Avec une différence majeure cette fois. À chacune de nos étapes, Diana a bien l’intention de se rendre indispensable dans la cuisine et dans la préparation des repas! ♥♥

Nous espérons aussi nager, le plus souvent possible, dans ces magnifiques eaux turquoises!

carteplus1tikehau

La petite île de Tikehau, située à l’ouest de l’archipel des Tuamotu, où nous passerons une semaine avant de revenir quelques jours à Papeete.

Pour le voyageur indépendant, ce n’est pas simple de préparer un long séjour en Polynésie française! Il faut constamment faire le tri entre les images parfois trompeuses des brochures et la réalité tronquée des discours officiels sur Tahiti.

Je suis donc plongé depuis deux mois déjà dans des recherches sur l’histoire, la littérature et les profondes blessures de ce territoire immense, complexe, annexé par la France au 19è siècle, puis brutalement colonisé.

Un territoire dont le statut n’a cessé d’évoluer.

Ancien « protectorat », puis « établissement français de l’Océanie », la Polynésie française est aujourd’hui une « collectivité d’outre-mer » qui jouit d’une autonomie très restreinte. Les grandes décisions se prenant toujours à Paris. À 16 000 kilomètres de Papeete.

carteplus1 marquises

Dernière étape de notre périple: les Marquises. Nous passerons autour de Noël une dizaine de jours à Nuku Hiva avant de débuter les premiers jours de l’année 2023 à Hiva Oa. Depuis Papeete, il faut compter environ 3h30 de vol pour rejoindre les Marquises.

Depuis de nombreuses années, depuis le début des années soixante surtout, des voix, de plus en plus fortes, réclament pour Tahiti l’indépendance ou, à minima, une plus grande autonomie.

Le débat est parfois violent. Comme en témoignent les émeutes qui ont secoué Papeete, en septembre 1995, suite à la reprise des essais nucléaires français en Polynésie française.

Entre 1966 et 1996, 193 essais nucléaires français (aériens et souterrains) ont été réalisés sur le territoire. Essais concentrés à proximité des atolls de Moruroa et Fangataufa, dans l’archipel des Tuamotu.

émeutes 1

Scènes de violence à l’aéroport Faa’a de Papeete, le 6 septembre 1995. L’émeute s’est ensuite déplacée au centre-ville. Selon La Dépêche de Tahiti (7 septembre 1995) « le bilan de cette terrible journée fait état de seize blessés dont deux graves, des dizaines d’incendies volontaires, plus de 150 véhicules détruits, deux avions gros porteurs endommagés et au moins un milliard de francs  de dégâts. »- Photo: La Dépêche de Tahiti.

Parmi ces voix qui revendiquent l’indépendance et veulent « dynamiter les mythes sur Tahiti construits par les autres » (Chantal Spitz), des écrivains, des femmes surtout, que je commence à peine, séduit, à découvrir.

Plusieurs de ces romanciers sont publiés par la maison d’édition « Au vent des îles », basée à Papeete. La plupart de leurs ouvrages sont, malheureusement, introuvables à Vancouver, même à UBC. Je leur ai donc écrit. Et ils m’ont répondu, très gentiment. Merci Anna!

« Au vent des îles » sera, le 10 novembre, l’un de mes premiers arrêts à Papeete. J’y ferai provision de livres pour le voyage.

Accueil et secrétariat
Lundi au vendredi 8h-17h
Fare Ute – Papeava
Papeete
Tél. (+689) 40 50 95 95
chantal spitz

Chantal Spitz, auteur de « l’Île des rêves écrasés » (1991) vit sur l’île de Huahine

Titaua Peu

Titaua Peu a publié en 2003 « Mutismes« . Voir « Notes de lecture » ci-dessous.

Voici donc notre itinéraire pour les deux prochains mois.

9 – 10 novembre = Vancouver – San Francisco – Papeete

A – Archipel de la SociétéÎles du Vent

10 – 14 novembre = Papeete

14 – 22 novembre = Moorea 

B – Archipel de la SociétéÎles Sous-le-Vent

22 – 29 novembre = Huahine

29 novembre – 6 décembre = Maupiti

6 -7 décembre = Bora-Bora (escale)

C – Archipel des Tuamotu

7 – 13 décembre = Tikehau

13 – 16 décembre = retour à Papeete

 D – Archipel des Marquises

16 – 26 décembre = Niku Hiva

26 décembre – 4 janvier = Hiva Oa

4 – 7 janvier = Retour à Papeete

7 – 8 janvier = Papeete – San Francisco – Vancouver

Bonne fin d’automne à tous!

Notes de lecture:

Titaua Peu, Mutismes – (Papeete, 2003)

Mutismes

Le récit cinglant d’une jeune femme tahitienne qui lève courageusement le voile sur les tabous de la société ma’ohi (autochtone) en Polynésie française. Le roman, autobiographique, est aussi un appel à l’indépendance du territoire, le « fenua ». Titaua Peu grandit dans un quartier pauvre de Papeete en compagnie de sa mère, de ses deux sœurs et de son frère. La famille a fui, une nuit de folie, un père et un mari violent, alcoolique. Très jeune, l’enfant observe les inégalités, les injustices et les humiliations que doivent subir les gens du pays face aux « métros », les ressortissants français établis à Tahiti. Sa colère naît, enfle, gronde. Rebelle, elle rencontre un soir, à l’âge de 16 ans, Rori, un des chefs du mouvement indépendantiste du pays. Il est de vingt ans son aîné. Ils deviennent amants. Scandalisée, la mère exile l’adolescente sur une île voisine, Taha’a. Malgré l’éloignement, la jeune femme soutient et rejoint bientôt Rori dans ses combats, à Papeete, notamment contre la reprise des essais nucléaires français. Un roman magnifique, écrit par une femme profondément attachée à l’histoire et à la culture de son île. Infos supplémentaires: ici. Titaua Peu a publié en 2017 un second roman, « Pina ».

Paul Gauguin, Oviri. Écrits d’un sauvage

Gauguin

Le journal d’un homme tourmenté. Malgré son statut très contesté en Polynésie française, je tenais à lire cet ouvrage avant mon départ, et je n’ai pas été déçu. Bien au contraire. Le live est en grande partie une collection de lettres: la correspondance bouleversante de Gauguin à son épouse Mette (d’origine danoise) et à quelques amis pendant ses longues années de pérégrinations en France et à l’étranger. Gauguin a eu plusieurs vies. Encore jeune, il abandonne, à Paris, une vie bourgeoise et un emploi stable de courtier afin de se consacrer entièrement à la peinture. Sa vie bascule. Mette rentre au Danemark. Commence alors pour Gauguin une vie d’errance. Il part chercher l’inspiration et peint en Bretagne, à Arles, en Martinique, à Panama. Il fréquente, à Paris, Degas, Mallarmé. En 1891, Gauguin débarque à Tahiti.  Hormis un bref retour en France (où ses tableaux se vendent peu), il passera le reste de sa vie en Polynésie française. Ce recueil de lettres permet de mesurer la nature perpétuellement rebelle de Gauguin qui se bat, en France, contre « les bourgeois, des gens peu recommandables » et à Tahiti contre à peu près tout le monde – sauf la population indigène qu’il admire et respecte. Dans ses dernières lettres, Gauguin dénonce les pratiques de l’église catholique et les abus d’une administration coloniale qu’il juge corrompue. Il meurt en 1903, à Hiva Oa, aux Marquises, dans le plus grand dénuement.

East 10th avenue 30 octobre 2022

Après trois mois de sécheresse presque sans précédent, l’automne et la pluie sont de retour à Vancouver. Ci-dessus, East 10th Avenue, entre les rues Fraser et Main, au coeur de notre quartier, Mount Pleasant, le dimanche 30 octobre. 

Un dernier mot.

Le début de l’automne a été fertile en événements en Colombie-Britannique. Vancouver a élu le 15 octobre son premier maire d’origine asiatique, Ken Sim, 52 ans. Un événement historique. Et un symbole fort dans une ville où 54% des habitants disent appartenir à une minorité visible. Le nouveau maire sera assermenté le lundi 7 novembre.

D’un autre côté, le gouvernement provincial (NPD, centre-gauche), vient d’annoncer qu’il ne soutiendrait pas la candidature de Vancouver aux Jeux olympiques d’hiver de 2030, vu le coût exorbitant de l’événement (2 milliards de dollars au bas mot). Sage décision – malgré la déception légitime exprimée par les nations autochtones, qui devaient, pour la première fois, être intimement associées à ce projet olympique.

Sahali Park 30 octobre 2022

À une centaine de mètres de la photo précédente, toujours dans le quartier Mount Pleasant, une pancarte, à l’extérieur du parc Sahalli, rappelle à la communauté l’histoire trop longtemps négligée des territoires non cédés des peuples autochtones de la Colombie-Britannique. La ville de Vancouver est en effet depuis 1886 située sur les terres et les eaux non cédées des nations Musqueam, Squamish et Tsleil-Waututh. Le conflit n’a toujours pas été résolu.