Cinq jours dans l’Annapurna

Le soleil se lève au-dessus du massif de l’Annapurna, à Tadapani, le mercredi 5 décembre. À droite du sommet de l’Annapurna Sud, baigné par le soleil, on aperçoit d’autres pics comme le Gangapurna (7455 mètres) et l’Annapurna 3 (7555 mètres)

Le sommet de l’Annapurna Sud, 7219 mètres, vu de Tadapani

Je suis de retour à Pokhara. Et je reviens de ma randonnée de cinq jours dans l’Annapurna avec beaucoup d’humilité, et un respect renouvelé pour tous les villageois rencontrés là-haut, villageois qui vivent en haute montagne, avec tant de dignité et de fierté.

Rencontre sur le sentier entre…

… Tadapani et Ghandruk, le 5 décembre

 

 

 

 

 

 

 

 

La zone de conservation de l’Annapurna, créée en 1986, est la plus grande aire protégée du Népal. La région n’a miraculeusement pas souffert du tremblement de terre de 2015

Mon projet, mon « trek« , s’est passé exactement comme je l’avais planifié… Mais la randonnée a été difficile… Plus difficile que prévu… Avec le recul, je m’aperçois que cela a été une excellente idée de m’entraîner, ce printemps, en France, le long du GR65... (Les expériences de marche sont bien sûr très différentes mais cheminer au mois de mai, chaque jour, 4 ou 5 heures, sur la route de Compostelle, m’a fait le plus grand bien… Très bonne préparation, mentale et physique, à ce « trek » au Népal)

Le tracé de mon « trek » de cinq jours et quatre nuits dans le massif de l’Annapurna. Depuis Pokhara, 90 minutes en taxi, en compagnie de mon porteur Yubraj, jusqu’à Nayapul, point de départ de la randonnée. Ensuite, jour #1: Nayapul – Ulleri. Jour #2: Ulleri – Ghorepani. Jour #3: Ghorepani – Tadapani. Jour #4: Tadapani – Ghandruk. Jour #5: Ghandruk et retour en bus vers Pokhara. D’autres marcheurs optent pour une randonnée plus longue (7-11 jours) jusqu’au camp de base de l’Annapurna (ABC).

La première et la troisième étape ont été particulièrement rudes. Un élévation d’environ 1000 mètres le premier jour entre Nayapul et le village de Ulleri, perché à 1960 mètres. Et, entre Ghorepani et Tadapani le sentier monte (jusqu’à 3200 mètres) et descend cruellement. Quatre heures 40 de marche ce jour-là, la plus longue étape, et sans doute aussi la plus belle… 

De Nayapul, le sentier emprunte d’abord un chemin poussiéreux qui monte lentement vers les montagnes…

Début de la randonnée, sous un temps couvert, quelques kilomètres après Nayapul

… le tracé devient ensuite beaucoup plus abrupt… Des milliers de marches sont taillées dans le roc du sentier…

Entre Tikhedhunga et Ulleri, le dimanche 2 décembre

… On grimpe, on grimpe ce premier jour, pendant plus de quatre heures, jusqu’au village de Ulleri… où m’attend une chambre simple et presque nue (voir Conseils pratiques à la fin de l’article)… Heureusement, il y a de l’eau chaude!…

Le pain « Gurung » accompagne, avec un oeuf dur et des pommes de terre, le petit-déjeuner traditionnel népalais.

Après une courte nuit de sommeil (à cause du froid) et un petit-déjeuner préparé dans une cuisine de fortune, je reprends la route tôt le lendemain, accompagné de mon porteur, Yubraj…

Yubraj, 28 ans, a vaillamment porté mon sac pendant cinq jours. Yubraj vient de se marier à Pokhara. Il a deux grands frères. L’un travaille en Malaisie et l’autre est cuisinier, depuis cinq ans, à Règina, en Saskatchewan. Yubraj va tenter dans les prochains mois d’obtenir, à Pokhara, sa licence officielle de guide de haute montagne

En marchant, j’écoute attentivement mon jeune porteur… Il me parle (en anglais) de sa famille, de son enfance… J’apprends que les expériences de Yubraj résument assez bien les turbulences qu’a vécues le Népal depuis vingt ans…. Né dans le village de Dhital, situé à une heure de route de Pokhara, Yubraj me confie qu’il se souvient encore très bien, dès l’âge de huit ans, des rebelles maoïstes qui faisaient régulièrement, la nuit, irruption dans son village… 

Lourdement armés, farouchement opposés à la monarchie, les rebelles exigeaient d’être nourris, logés… Malheur à ceux qui refusaient de les aider ou à ceux qui contestaient leur idéologie, leur autorité… On retrouvait leurs corps, mutilés ou criblés de balles, plusieurs jours plus tard…

Ulleri, le lundi 3 décembre

Une fois les rebelles partis, l’armée népalaise arrivait à son tour dans le village, questionnant les résidents et demandant pourquoi les maoïstes avaient été accueillis et hébergés… Les responsables de l’armée, les soldats, proféraient des menaces… La situation pour les habitants devenait intenable. Lorsqu’il a eu onze ans, la famille de Yubraj a quitté le village et est partie pour Pokhara. Sa scolarité a brusquement pris fin à ce moment-là.

Cette période noire a duré dix ans. Entre 1996 et 2006, entre 13 000 et 19 000 Népalais ont perdu la vie, tués par les rebelles ou par l’armée. Plus de 150 000 hommes, femmes et enfants ont dû, comme la famille de Yubraj, quitter leurs terres, leurs villages et se mettre à l’abri dans les grandes villes.

Ghorepani, le mardi 4 décembre

La situation est aujourd’hui bien différente. Les maoïstes (comme les communistes) ont maintenant intégré le gouvernement. La monarchie a été abolie en 2008 et le Népal est désormais une république dirigée par une femme. Le pays a largement retrouvé son calme, mais personne ici, à Pokhara ou dans l’Annapurna, n’a oublié les cicatrices et les traumatismes de la guerre civile. Cette période d’affrontements et de violence a profondément et durablement marqué le pays. 

Ghorepani, le mardi 4 décembre

Revenons sur le sentier où nous avons eu droit, les jours suivants, à une météo plutôt clémente, et au soleil, bien présent le matin…

Deuxième jour de marche, entre Ulleri et Ghorepani, le lundi 3 décembre

En montant vers Ghorepani

En chemin, nous croisons des marcheurs venus de la Belgique, de la France, de l’Allemagne, du Japon, il y a des Britanniques, des Russes, quelques Canadiens mais, à ma grande surprise, la grande majorité des randonneurs sont des Népalais. De jeunes Népalais, inscrits à l’université souvent, qui parlent un anglais remarquable, et qui viennent, en groupe, joyeusement, découvrir la région…

« C’est un phénomène relativement récent », m’explique Yubraj qui parcourt les sentiers de l’Annapurna depuis cinq ou six ans… « Avec les réseaux sociaux, et le calme revenu au pays, les Népalais, les jeunes professionnels de Pokhara et Katmandou ont eux aussi envie de découvrir ces régions, et partager leurs aventures, leurs découvertes »…

Des jeunes Népalais profitent de la paix retrouvée pour visiter leur pays

En arrivant à Ghorepani, un panneau rappelle aux visiteurs les défis immenses auxquels sont confrontés l’ACAP (l’Agence de Protection de l’Annapurna) et les villages, dépourvus d’infrastructures, qui accueillent douze mois par année maintenant les randonneurs…

Plus de 100 000 touristes visitent la zone de l’Annapurna chaque année.

Comment peut-on dans ces conditions gérer et protéger adéquatement l’environnement fragile de la haute montagne?

Recycler les déchets, les bouteilles en plastique en particulier, est un case-tête considérable pour les autorités…  

Un projet de construction de points d’eau filtrée et potable dans l’Annapurna est en cours afin de réduire le nombre de bouteilles en plastique que transportent les randonneurs…

Deuxième halte, le lundi 3 décembre, dans le village de Ghorepani. Altitude: 2750 mètres.

Dans les rues du village de Ghorepani, des dizaines d’ânes circulent du matin au soir après avoir monté, pour les randonneurs et les résidents, nourriture et équipement

Légumes au curry, Ghorepani

Snow View Lodge, Ghorepani, mardi matin, le 4 décembre

Nous assistons au réveil à Ghorepani… et ensuite, sur la route vers Tadapani, à un spectacle grandiose… Il fait un temps splendide!

Les pics de l’Annapurna entre Ghorepani et Tadapani, le mardi 4 décembre

Le balisage sur le sentier est le même que celui du GR65

Cuisinier dans une « tea house »

Petit-déjeuner avec Yubraj, mercredi matin, le 5 décembre, à Tadapani

… spectacle renouvelé le lendemain matin lorsque nous quittons Tadapani… pour Ghandruk…

Tadapani, mercredi matin, le 5 décembre. J’ai adoré les quelques heures passées dans le village, une des plus petites localités du circuit…

… en route, nous traversons une étonnante forêt de rhododendrons…

… avant de nous arrêter un instant, dans une petite buvette, juste avant Ghandruk…

Thé noir, servi avec le sourire, lors de notre dernière halte entre Tadapani et Ghandruk…

…Ghandruk… où nous arrivons en début d’après-midi… C’est ici que nous terminons notre randonnée…

Arrivée à Ghandruk. le mercredi 5 décembre

Coup de foudre en découvrant la ville, coupée en deux…

En haut, la ville « moderne » avec de beaux et anciens bâtiments, qui servaient autrefois d’entrepots, et qui ont été repeints, rénovés en gîtes ou en hôtels…

Bâtisses à Ghandruk

Portes sculptées

… en bas… la vieille ville de Ghandruk… Un village magnifiquement préservé… et curieusement ignoré par la majorité des touristes et des randonneurs…

La vieille ville de Ghandruk, le mercredi 5 décembre

… Une vieille ville, propre, paisible, accueillante, avec son musée… vieille ville où les artisans perpétuent les traditions…

Confection de paniers en bambou dans un atelier de Ghandruk

Livraison inhabituelle…

Surprise en marchant dans les ruelles… Des enfants nous font signe… Une fête se prépare à Ghandruk!… Nous les suivons vers le haut du village….

Ghandruk, le mercredi 5 décembre

… où notables, dignitaires et membres de la communauté sont déjà rassemblés…

Visages de la communauté à Ghandruk

… afin de participer à une grande célébration… On honore, cet après-midi-là, un couple âgé du village pour sa contribution au fil des ans à la communauté…

Après les discours, une danse traditionnelle…

Quelle belle façon de terminer cette randonnée!

Ghandruk, au réveil, jeudi matin, le 6 décembre

C’est déjà le moment de rentrer à Pokhara…

Ces cinq jours dans l’Annapurna sont passés très vite, en un clin d’oeil

Très heureux d’avoir fait cette randonnée!

Merci à tous les villageois rencontrés et au personnel des « tea houses« 

Cela a été une très belle expérience!

La gare routière de Ghandruk, jeudi matin… On a l’impression ici d’être au bout du monde… Le retour en bus vers Pokhara (quatre heures quinze de trajet) sera épique!

Dal bhat traditionnel népalais servi à Pokhara

Avant de terminer, et avant de partager quelques conseils pratiques sur cette randonnée dans l’Annapurna, je tiens à remercier ici mes amis Stephen et Annie qui ont parcouru le même chemin quelques jours avant moi. Leurs suggestions, partagées à Pokhara avant le départ, ont été précieuses. Merci à tous les deux!

Un des deux permis de randonnée obligatoire pour emprunter les sentiers de l’Annapurna

Voilà donc ci-dessous quelques suggestions pour ceux et celles qui songent peut-être un jour à réaliser ce circuit de quelques jours dans l’Annapurna… 

  • Amener (il va sans dire) des vêtements chauds. Il fait très froid en altitude la nuit et au petit matin.
  • Se munir de savon, d’une serviette de toilette… et de papier hygiénique – items introuvables dans les chambres.
  • Les lits dans les « tea houses » n’ont qu’un simple drap (pas toujours propre) posé sur le matelas, et une couverture (à la propreté douteuse également). Amener un sac de couchage est une bonne idée. On peut en acheter ou en louer facilement à Pokhara. Ou se munir d’une housse, en soie ou en coton, dans laquelle on se glisse. La housse (« liner ») offre une couche de protection entre la peau et le drap/la couverture.  
  • Le prix des chambres est dérisoire. Entre 400 et 1000 roupies la nuit ($5 à $11 ou 3 à 7 euros). La nourriture, qui doit être acheminée à pied ou à dos d’âne jusqu’aux villages, est beaucoup plus chère. Compter 500-600 roupies pour le petit-déjeuner ($6 ou 4 euros). Le même prix pour le déjeuner ou le souper.

Le lac Phewa Tal au centre-ville de Pokhara, samedi matin, le 8 décembre

Au-revoir, Pokhara!

J’ai été très heureux ici, avant et après mon « trek », tranquille dans mon quartier de Lakeside East où les touristes sont moins nombreux.

Logé, au troisième étage, au Nanohana Lodge. Une très bonne adresse.

Le quartier Lakeside East, à Pokhara, samedi matin le 8 décembre

Après quatre semaines en Inde et au Népal, j’ai maintenant pris mon rythme de croisière. J’ai encore devant moi cinq belles semaines de voyage. Ma santé est bonne, le moral, excellent. 

Indra, originaire de Ghandruk, qui a si gentiment préparé et servi la plupart de mes repas pendant mon séjour à Pokhara

Je quitte Pokhara demain pour Katmandou. Un trajet de sept ou huit heures en bus. Ai bien hâte de découvrir la capitale du Népal, et la vallée de Katmandou où j’ai prévu faire plusieurs excursions.

J’ai beaucoup écrit depuis un mois. Et je ne sais pas quand le prochain article sera publié – avant ou après Madras (Chennai), dans le sud de l’Inde, où j’arriverai le 18 décembre, Madras où il fait aujourd’hui… 31 degrés!… 

Alors, juste au cas où… déjà… JOYEUX NOËL À TOUS!   

J’ai rencontré Karchhung, devant sa modeste maison, en arrivant à Ghorepani, le 3 décembre. Nous avons le même âge, et nous avons tout de suite sympathisé. Il m’a indiqué où me placer dans le village le lendemain matin pour avoir les meilleures vues du lever du soleil sur l’Annapurna. Karchhung a un fils qui étudie à Seattle et il espère lui rendre visite dans les prochains mois. Bon voyage, et merci Karchhung!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16 réflexions sur “Cinq jours dans l’Annapurna

    • Merci, Josiane. Je dois dire (touchons du bois!) que tout se passe bien sur la route pour l’instant. C’est parfois long deux mois de voyage, seul. Mais quel privilège d’arpenter ces chemins de haute montagne et de rencontrer tous ces villageois, si accueillants. A+ pour le Népal. Et toi? Ton projet de voyage dans l’océan Indien?

  1. Superbe entrée de blog! J’ai pris bonne note des suggestions d’itinéraire et des conseils pratiques. Pleins de bonnes idées de randonnées dans pas trop longtemps j’espère.
    Bonne continuation.

  2. Cher Max,
    Je suis émue. Quelles belles rencontres. Tu es un ethnographe magnifique. Merci de partager ton voyage comme aventurier. Ces récits m’enrichissent. Bonne continuation!

    • Merci beaucoup, cf53! C’est vrai que ces carnets ressemblent parfois à une étude ethnographique. Avec le temps et les voyages, je suis de plus en plus fasciné et attiré par le visage des gens que je rencontre….

  3. et je veux ajouter, quel endroit majestueux, pas seulement la géographie mais le regard des villageois… je n’en reviens pas… bonne continuation et bonne santé…continue de marcher doucement sur la terre qu’on partage avec les autres.

    • Thank you so much, Nancy! It is wonderful and very encouraging to have your comments once again on the blog. Thank you for taking the time to write. And congratulations on the beautiful new arrival this week!

  4. Descriptions saisissantes et toujours très intéressantes d’un coin relativement hors des sentiers battus. Merci de partager et bonne continuation de voyage. Merci aussi des conseils de voyage.

  5. Bravo, Max ! Contente de savoir que tout s’est bien passé pour toi. Un air de déjà vu … pas étonnant puisque tu as suivi le même itinéraire que nous ! Certaines de nos photos se ressemblent et j’ai reconnu les endroits que tu as traversés. Je suis d’accord avec toi, les deux dernières étapes Ghorepani-Tadapani et Tadapani-Ghandruk sont les plus belles du circuit … les paysages spectaculaires et la proximité des grands sommets compensent largement la difficulté du sentier et les efforts consentis … comme on dit en anglais, « No pain, no gain » ! Je suis contente de savoir que tu as trouvé un bon hébergement à Tadapani, une nuit passée dans de bonnes conditions peut faire toute la différence pendant le trek. Quelle chance tu as eu d’assister à une fête locale dans le vieux Ghandruk, c’est une expérience authentique que peu de randonneurs ont l’occasion de vivre !
    As-tu échangé tes coordonnées avec Karchhung ? Il pourrait bien venir jusqu’à Vancouver s’il va voir son fils à Seattle … je serais bien contente de le rencontrer. Bon séjour à Patan et dans la vallée de Katmandou !

    • Merci beaucoup, Annie! Je n’ai malheureusement pas songé à prendre les coordonnées de Karchhung. Cela aurait été une excellente idée. Mais il était en fait assez inquiet pour son voyage aux E-U. Le gouvernement allait-il lui donner un passeport et l’autorisation de voyager? Karchhung n’en était pas sûr…. Dans un autre ordre d’idée, je suis allé ce matin faire un tour dans le quartier de Thamel, à Katmandou…. Je n’y suis resté que 2 ou 3 heures… et je dois dire que j’étais très heureux de retrouver Patan en début d’après-midi. Quelle agitation, et quel bruit à Katmandou! Ambiance beaucoup plus calme à Patan. Je suis vraiment content de m’y être installé. Départ jeudi matin pour trois jours de randonnée, comme prévu, dans la vallée de Katmandou. Merci d’avoir pris contact avec D! Amitiés à Stephen. On se revoit dans quelques semaines.

Répondre à Alix Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s