Dans les pas de Bacchus et d’Épicure

Le GR 65 a encore une fois, ce printemps, tenu toutes ses promesses!

Le chemin de Compostelle entre La Romieu et Castelnau-sur-l’Auvignon, dans le département du Gers, le dimanche 12 mai. Dixième jour de marche depuis mon départ de Cahors, le 2 mai.

Entre le village d’Auvillar, dans le Tarn-et-Garonne et la commune de Nogaro, dans le Gers, j’ai parcouru, en sept jours, 121 kilomètres!

Dix-sept kilomètres de marche par jour, en moyenne.

Sept jours de grand bonheur, de découvertes, de rencontres et d’échanges, sept jours passés sous un ciel (sauf les premières 48 heures) absolument radieux!

En mauve, les étapes de mon parcours réalisé du 9 au 16 mai entre Auvillar et Nogaro. J’ai aussi fait halte dans le village de Miradoux (entre Auvillar et Lectoure) et au hameau de Larressingle, situé entre La Romieu et Montréal-du-Gers. Après le 1er tronçon de 100 kms accompli début mai entre Cahors et Auvillar, j’ai parcouru ce mois-ci 221 kms. Objectif l’an prochain: à partir de Nogaro, rejoindre Saint-Jean-Pied-de-Port et les Pyrénées!

Pèlerins sur le sentier de Grande Randonnée (GR) 65 avant l’arrivée à Castelnau-sur-l’Auvignon…

… et en route ensuite vers Larressingle, le dimanche 12 mai

Sept jours au cours desquels j’ai pu aussi poursuivre mon apprentissage de la merveilleuse cuisine du sud-ouest…

Asperges vertes du pays, jambon cru, carottes et soupe aux lentilles. Aube Nouvelle, Tarn-et-Garonne.

Cuisine parfois métissée, comme le plat ci-dessous, servi au déjeuner, le 13 mai, sur une terrasse de la place de l’hôtel de ville, dans le village de Montréal-du-Gers.

Saucisses de Toulouse aux épices de Madagascar, pâtes parfumées d’huile de truffe blanche

Au sud de la Garonne, quelques kilomètres après Auvillar, le GR 65 entre dans le Pays de la Lomagne, en Gascogne.

Paysage de Gascogne, entre Miradoux et Lectoure, le vendredi 10 mai. Ci-dessous, un randonneur chemine près d’un vignoble entre Larressingle et Montréal-du-Gers, le lundi 13 mai

La Gascogne!

Que je rêve de découvrir depuis si longtemps!

Emblème du Pays gascon

« Un pour tous, tous pour un »

A. Dumas (1802-1870)

Nous sommes ici dans la patrie de d’Artagnan, le fier, l’impétueux d’Artagnan, né en Gascogne dans le village de Lupiac, et « monté » très jeune à Paris rejoindre le corps des mousquetaires du roi, Louis XIII.

Que de souvenirs!

« Les Trois Mousquetaires« , le roman d’Alexandre Dumas, a été pour moi, comme pour beaucoup d’autres enfants, une véritable révélation. Une des premières grandes lectures de mon adolescence.

J’avais alors treize ans et j’étais avec l’un de mes frères pensionnaire, inscrit en cinquième, près de Paris, au Collège Albert-de-Mun, à Nogent-sur-Marne, à deux pas du bois de Vincennes. Années difficiles.

Éloigné de mes parents (mon père travaillait pour l’OMS en Afrique), d’Artagnan et ses compagnons – Porthos, Aramis, le mystérieux Athos surtout – ont été, ces années-là, mes indéfectibles héros. Je dévorais leurs aventures le soir, à l’étude, et pendant les weekends, à Paris.

Après « Les Trois Mousquetaires », d’autres aventures de d’Artagnan, tout aussi palpitantes, ont suivi: « Vingt ans après » puis « Le Vicomte de Bragelonne ». Ces romans ont profondément marqué mes jeunes années.

La Route d’Artagnan est un chemin équestre européen (le premier dans le monde) qui relie Lupiac, en Gascogne, à Maastricht, en Hollande, ville où est mort le véritable d’Artagnan en 1673.

Sur le chemin de Compostelle, l’immense église Saint-Pierre (inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco) qui domine, le samedi 11 mai, le village de La Romieu. Le village doit son nom au terme gascon « Roumiou » qui signifie « le pèlerin venu de Rome ». Comme plusieurs autres communes dans le Gers, La Romieu doit son existence au passage continu des pèlerins depuis le Moyen-Âge.

Concert de musique ancienne et sacrée présenté par deux chorales – l’une venue de Tarbes, l’autre du pays de la Lomagne – rassemblées à l’église Saint-Pierre de La Romieu, le samedi 11 mai.

Au programme, oeuvres de Marc-Antoine Charpentier, Scarlatti et Mozart

Lynn, Canadienne de la Nouvelle-Écosse, rencontrée sur le GR65, s’est arrêtée cette année juste après La Romieu. Au-revoir, Lynn!

La Gascogne, c’est aussi le pays de l’armagnac, et des tables gourmandes!

La place d’Armagnac, à Eauze, dans le Gers…

… le mercredi 15 mai, jour de repos, après six jours consécutifs de marche

Blancs de poulets sur oignons confits déglacés aux côtes de Gascogne

Un vieil homme soigne son jardin et ses vignes devant sa maison dans le village de Marides situé dans le Gers entre Lectoure et Marsolan

Filet mignon de porc, gratin dauphinois et courgettes, La Romieu, samedi 11 mai.

Bacchus, dieu romain du vin et de la vigne

Épicure, philosophe grec, 341-270 av. J.-C.

En fait, au fur et à mesure que je progresse vers Nogaro, un phénomène assez curieux, inattendu, se produit…

Bacchus, dieu du vin et de la vigne, et Épicure, chantre de l’hédonisme…

… me prennent peu à peu par la main… et, ensemble, jour après jour, inexorablement,

ils transforment, métamorphosent mon Chemin de Compostelle… en un Chemin épicurien!

Je découvre ainsi en route, chaque jour, dans les villages, des menus, des plats, de plus en plus alléchants!…

Poireaux vinaigrette revisités avec anchois et noisettes torréfiées. Tous les plats dans ce restaurant (Le Loft, à Eauze) sont confectionnés maison. « La racine du poireau », me confie la serveuse, « est la partie la plus vitaminée« .

Un midi, dans le bourg de Labastide-Marnhac, mon plat du jour arrive… accompagné d’un litre de vin rosé. Un litre!

Araignée de porc, épinards et purée de pommes de terre, restaurant « Les Halles », Labastide-Marnhac

« Le vin est compris », me dit gentiment la serveuse, en souriant, étonnée par mon regard perplexe. Autour de moi dans le restaurant, des riverains, des ouvriers, les mains rudes, déjeunent joyeusement, en groupe. Sur leur table, quatre ou cinq bouteilles, bien entamées. Il est midi trente, un lundi…

Ce jour-là, malheureusement, je n’ai pu que tremper les lèvres dans mon verre… sous peine d’arriver plutôt chancelant à destination…

Le GR65 entre La Romieu et Larressingle, le dimanche 12 mai

L’Armagnac qu’on appelait jadis « l’eau ardente » était réputé au moyen-âge pour ses vertus thérapeutiques

Tous les randonneurs le confirment. Il règne sur les sentiers et les petites routes du département du Gers une atmosphère bien particulière.

Les agriculteurs rencontrés le long du GR65 vivent plutôt bien. La terre ici est féconde, irriguée par de nombreuses rivières et cours d’eau. (Curieusement, une des villes les plus importantes du département, Condom, est baignée par la rivière Baïse. Bien prononcer le tréma du « ï ». C’est étrange, non?).

Le commerce de l’armagnac a largement contribué à la richesse de la région.

La fabrication de cette eau-de-vie, la plus vieille de France, se fait par distillation de vins blancs, secs. Une distillation suffit. (À la différence du cognac qui, lui, est distillé deux fois.)

Les tonneaux d’armagnac étaient autrefois transportés par bateau vers les ports de Bordeaux et de Bayonne et ensuite exportés, notamment vers la Hollande et l’Angleterre.

Aujourd’hui encore, partout dans le Gers, les randonneurs côtoient et traversent des immenses champs de vignes, soigneusement entretenus.

Entre Montréal-du-Gers et Eauze, le mardi 14 mai

La vigne est encore jeune au mois de mai. Les vendanges auront lieu à l’automne.

Le Floc de Gascogne

Une autre liqueur, plus douce, le Floc de Gascogne, est aussi souvent offerte aux pèlerins, en guise de bienvenue ou à l’heure de l’apéritif.

Bienvenue en Gascogne!

Entre Montréal-du-Gers et Eauze, un autre Canadien, de la Colombie-Britannique… Sur le chemin, on le surnomme l’Épicurien…

Mon carnet de pèlerin dûment estampillé à l’arrivée ou au départ de chaque étape.

Dîner chez Martine, à la « Halte de Larressingle », le dimanche 12 mai.

L’un des grands plaisirs du Chemin de Compostelle est de retrouver le soir et/ou le matin, autour de la table du repas, randonneurs et pèlerins. Les sujets de conversation ne manquent pas. Les rires et les taquineries non plus.

En ce début de saison, à la mi-mai, la plupart des pèlerins sont, comme moi, à la retraite. Et, au début du repas, il y a souvent un lien assez fort, un sentiment de camaraderie entre les randonneurs. Même si nous ne nous connaissons pas, nous avons tous pendant la journée marché sur le même sentier, traversé les mêmes paysages, rencontré les mêmes riverains. Cela créée immédiatement entre nous une atmosphère amicale, bienveillante, intime, parfois propice aux confidences…

Fraterniser avec ses voisins de table, partager ses expériences, écouter la grande variété des parcours de vie, entendre, dans le plus grand respect, les décisions prises, les choix qui ont été faits, éclater de rire aussi, c’est là, chaque jour, au cours du repas, l’un des immenses privilèges du chemin de Compostelle!

Photo de groupe, lundi matin le 13 mai, avant le départ de Larressingle pour Montréal-du-Gers.

J’aimerais donc avant de poursuivre rendre ici hommage à quelques-uns de ces marcheurs, pèlerins et riverains rencontrés ce printemps entre Auvillar et Nogaro…

Martine, ex-enseignante, offre aux pèlerins un accueil et un environnement exceptionnels dans sa propriété de Larressingle. Merci, Martine!

 

Jasmine, anthropologue, née à Saïgon, d’une famille originaire de Pondichéry

 

 

 

 

 

 

 

Philippe, du Var, avec qui j’ai cheminé un long moment entre Larressingle et Montréal-du-Gers

 

Laurence qui reçoit si gentiment les pèlerins dans sa grande maison située dans le centre historique, à Eauze

 

 

 

 

 

 

 

Petit-déjeuner le mardi 14 mai à Montréal-du-Gers. La patronne (à gauche) vient de Madagascar

 

 

 

 

 

Gisèle, d’origine camerounaise, rencontrée devant sa maison à Manciet

 

Isabelle, derrière le comptoir du café-restaurant « Chez Monique » à Manciet, où je me suis arrêté pour le déjeuner

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai rapidement parcouru les deux dernières étapes de mon parcours entre Montréal-du-Gers et Eauze, le mardi 14 mai, et entre Eauze et Nogaro, le jeudi 16 mai. Il fait un temps magnifique… et de plus en plus chaud!

Sous un grand ciel bleu, le GR65 traverse les champs quelques kilomètres après Montréal-du-Gers… Le thermomètre oscille autour de 30 degrés.

Après avoir quitté la Lomagne puis la Ténarèze (une ancienne voie gauloise), le GR 65 entre, près de Eauze, dans la région du Bas-Armagnac… Territoire méticuleusement protégé où est produit, depuis le Moyen-Âge, l’Armagnac…

Sur le chemin, on peut apercevoir, à l’horizon, la ligne de crête des Pyrénées!

Entre Éauze et Nogaro, se profilent (sur la gauche) les sommets enneigés des Pyrénées!

Paysages splendides traversés entre Eauze et Nogaro!

Bassins où l’on pratique l’aquiculture (élevage des poissons et crustacés) dans la région du Bas-Armagnac. Treizième et dernier jour de marche, le jeudi 16 mai. Ci-dessous, une heure environ avant de rejoindre Nogaro, une partie du terrain de la grande ferme du Haguet, ouverte aux pèlerins…

La ferme du Haguet

Quelques derniers kilomètres (ci-dessous) à franchir dans le Bas-Armagnac… et…

… vers 13h30, le jeudi 16 mai, arrivée, comme prévu, à Nogaro, village paisible d’environ 2000 habitants…

C’est l’heure du déjeuner et de la sieste à Nogaro… Il n’y a personne à l’entrée du village pour prendre une photo!…

Mission accomplie!

221 kilomètres parcourus depuis mon départ de Cahors, le 2 mai. Je suis en pleine forme. Aucune ampoule. Pas d’entorse. J’aurais facilement pu réaliser deux ou trois étapes supplémentaires.

Pourquoi donc s’arrêter à Nogaro?

C’est qu’ici une navette quotidienne, en direction de Pau ou d’Agen, est assurée, par autocar, par la SNCF. Dans cette région isolée, il n’est pas facile de se déplacer et les liaisons ferroviaires ou par bus sont rares.

L’accès aux transports en commun sera encore plus difficile, plus au sud, dans les Landes et au Pays basque…

Le lendemain, le vendredi 17 mai, sur les conseils de la propriétaire de ma chambre d’hôtes, je suis allé déjeuner à l’une des bonnes tables du village, « Chez Quentin », où je n’ai pas hésité cette fois à accepter le quart de vin rosé…

Salade de chèvre chaud, Nogaro

… avant de rejoindre en bus, le samedi 18 mai, brièvement, la ville de Pau (temps gris et pluie pendant deux jours, malheureusement)…

Le Grand Prix automobile de Pau s’est tenu (sous la pluie) le weekend du 17-19 mai

… puis, en train, Paris où jai retrouvé mes repères et mes habitudes à Belleville et Ménilmontant.

Marché du jeudi, rue des Pyrénées, le 23 mai

Comme à chacun de mes séjours à Paris, rendez-vous chez mon fidèle coiffeur, Kandy, dans son modeste salon de la rue de Belleville (angle rue Julien Lacroix). Kandy, 52 ans, père de trois enfants, est originaire de Jaffna, au Sri Lanka.

La rue principale du village de Marsolan, dans le Gers. Un des plus beaux villages traversés ce printemps.

Me voilà donc arrivé au terme de cette deuxième belle aventure sur le chemin de Compostelle!

Il me reste un peu plus de 310 kilomètres maintenant avant d’atteindre les Pyrénées.

135 kms environ entre Conques (où je me suis arrêté l’an dernier) et Cahors. Ce qui représente 7 étapes. (Une étape = environ 20 kms)

Ensuite, 175 kms environ entre Nogaro et Saint-Jean-Pied-de-Port. 9 autres étapes.

Seize étapes donc à prévoir le printemps prochain, plus quelques jours de repos. Je prévois faire de nouveau une longue halte à Figeac afin, notamment, d’aller en train explorer la région de Rocamadour.

Si tout se passe bien, je devrais pouvoir réaliser ces 16 étapes + repos + Rocamadour en environ un mois.

Je commencerai donc ma randonnée un peu plus tard en 2020, vers la fin-mai probablement. Afin d’avoir presque terminé fin juin, et avant de retrouver Diana en France, début juillet.

Nous parcourrons ensemble au Pays basque les deux ou trois dernières étapes du GR65 jusqu’à l’arrivée à Saint-Jean-Pied-de-Port.

Voilà, c’est le plan. Sortons, encore une fois, les gris-gris et les amulettes!

Merci à tous pour vos messages et vos encouragements!

Les tours de la cathédrale Notre-Dame photographiées hier matin, le mardi 21 mai, du pont Louis-Philippe

Un mot sur Notre-Dame avant de terminer…

Je suis retourné hier matin sur l’île de la Cité. C’était ma deuxième visite ce printemps. 

Les dégâts causés par l’incendie du 15 avril sont condidérables… tout comme les travaux de restauration entrepris très vite par les autorités….

Les touristes ont maintenant de nouveau accès aux rues avoisinantes de la cathédrale, la rue d’Arcole et la rue du Cloître Notre-Dame, (elles étaient fermées lors de ma première visite fin avril)… mais…

Notre-Dame réouvrira-t-elle ses portes dans cinq ans (pour les J.O. de Paris en 2024) comme l’a annoncé le président?

Les avis sont très partagés.

Notre-Dame, du pont de l’Archevêché, le mardi 21 mai…

……la cathédrale vue du Quai Montebello, mardi matin…

….les parois grandes ouvertes, béantes sur Paris

10 réflexions sur “Dans les pas de Bacchus et d’Épicure

  1. Bonjour Max,

    Merci d’avoir partagé toutes tes photos et tes experiences avec nous. Nous avons lu quelques parties de ton blog à haute voix. Que c’est beau là-bas. Mo va aller dans les Pyrénées cet été aussi.

    Av et Na te demandent: Comment est-ce que tu te sens en voyant la cathédrale avec une partie brûlée? et comment était ton expérience?

    Ev te demande: Qui va payer pour les réparations après le feu?

    Da: Mes grands-parents cultivent aussi les raisins.

    Al te demande: Parmi tous les repas, quel est ton repas préféré? Je suis déjà allé à Paris mais je voudrais aller dans les mêmes endroits où tu étais. À l’âge de 3 ans je suis allé avec mes parents à Toulouse, Bordeaux, à Paris et à d’autres endroits en France.

    Bon voyage et bon retour à Vancouver!

    Les amis de Mme L.

    • Bonjour les amis de Mme L.

      Merci beaucoup pour votre message, je vais essayer de répondre à vos questions.

      Av et Na, c’est très triste, bien sûr, de voir la cathédrale Notre-Dame en partie détruite. Elle a survécu à tant d’autres catastrophes (les guerres, l’occupation de Paris par les forces étrangères, etc…) et je crois que encore une fois, Notre-Dame va se relever et vivre encore. Cela prendra du temps, mais la cathédrale va renaître.

      Ev, le gouvernement français a promis de subventionner la restauration de Notre-Dame. Le gouvernement a aussi lancé une grande campagne de souscription, c’est-à-dire que des milliers de Français et d’étrangers peuvent donner directement des sous pour aider à la restauration de la cathédrale. Cela marche très bien. Plus de 850 millions d’euros ont déjà été recueillis, c’est à dire plus d’un milliard de dollars canadiens. Des gens du monde entier ont contribué.

      Da, bravo à tes grands-parents.

      Al, je crois que mon repas préféré a été celui servi dans le petit village d’Aube Nouvelle, un filet mignon de porc aux pruneaux. Bravo pour tes voyages en France!

      Merci encore à tous!

  2. Objectif atteint : 221 km, rien de cassé et pas une seule ampoule, félicitations, Max ! Heureusement qu’il y a des étapes confortables pour se reposer chaque soir le long du chemin et que tu t’es accordé de petits plaisirs gastronomiques pour soutenir tes efforts physiques … tu as eu tout à fait raison ! Quelle chance d’avoir eu un temps radieux tout le long de ton chemin ! L’expérience n’en a été que meilleure et agrémentée, comme toujours, par de belles rencontres avec des randonneurs et pèlerins de tous horizons. Tes photos reflètent les magnifiques paysages de ce beau coin de France.Ta mission est à peine accomplie que tu songes déjà non seulement à poursuivre ton périple, mais encore à doubler la distance … tu es infatigable ! Bon retour à Vancouver !

    • Merci infiniment, Annie! Contrairement à ce qu’on m’avait dit l’an dernier, je dois dire que j’ai autant sinon plus apprécié parcourir ce deuxième tronçon du GR65 que le premier. Pourquoi? Je crois que je savais mieux cette fois-ci ce à quoi je m’engageais. J’étais mieux préparé aux surprises et imprévus que réserve le chemin, et plus ouvert aussi aux rencontres. Si vous avez la chance cet été de faire une partie du GR65, allez-y, vous ne le regretterez pas! Je vous souhaite à tous les deux un bel été! Vous allez voir des beaux pays également. Amitiés à Stephen. À très bientôt!

  3. Ainsi se termine la deuxième étape du chemin de Compostelle bien accomplie par Max de Vancouver. Bravo et félicitations pour tes efforts et ton endurance, cher Max.

    À part ton beau récit de voyage toujours accompagné de beaucoup d’excellentes photos, un grand merci de me faire rappeler de Bacchus, d’Épicure et du célèbre A. Dumas (l’image de d’Artagnan sur son cheval est inscrite distinctement dans ma mémoire depuis mon adolescence jusqu’à maintenant ).

    Bon séjour à Paris et, en attandant ton prochain voyage, Cheers!
    Duc 🙂

    • Bonjour mon cher Duc et merci mille fois pour vos encouragements! Je suis très heureux de savoir que vous avez vous aussi gardé de bons souvenirs de votre lecture des romans d’Alexandre Dumas. C’est un peu la magie de la littérature: unir des lecteurs du monde entier autour d’une histoire et de personnages qui incarnent des valeurs fortes et universelles. Dans le cas de d’Artagnan, le courage, la fidélité, l’honnêteté. Tout cela marque profondément les jeunes esprits. Merci encore une fois infiniment pour vos compliments et votre soutien! Amitiés.

  4. Max,
    Comme toujours j’adore tes récits de voyage.
    Au fait, j’ai toujours voulu visiter la France et en lisant ton blog et surtout les photos de nourriture cela confirme que je devrais y faire un tour.
    Et j’ai aussi apprécié le volet sur les 3 mousquetaires et notre compatriote Alexandre Dumas.
    Au plaisir de se revoir à Vancouver.
    LC

    • Merci beaucoup, Luc, de nous rappeler les origines haïtiennes d’Alexandre Dumas, dont le père est en effet né à Jérémie. On l’oublie souvent. À bientôt.

  5. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et un blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

Répondre à Max Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s